Présidente de la Fédération Rhône-Alpes de l’Autre Cercle.

Comment mesurez-vous l’homophobie dans les entreprises ? À partir de quelles données travaillez-vous ?
L’Autre Cercle est doté d’un observatoire dont les membres prennent rendez-vous avec des directeurs des ressources humaines ou des cadres d’entreprises. On a mis en place un référentiel des bonnes pratiques par rapport auquel on dresse un état du traitement des personnes LGBT ; on fait également un certain nombre de préconisations aux sociétés rencontrées. Différentes enquêtes sur notre site permettent par ailleurs de sonder le ressenti subjectif des salariés, qui parfois n’ont aucune preuve des discriminations dont ils sont victimes.

Pourquoi avoir choisi une bande dessinée comme outil ?
C’est la fédération d’Alsace dont l’un des membres est dessinateur qui a eu cette idée. C’est un très bon outil de sensibilisation qui m’a personnellement enthousiasmé. Les images d’une BD sont moins crues et susceptibles de choquer que celles d’un film ; la part d’abstraction permet de faire passer plus de choses. C’est bien d’avoir des recueils d’écrits scientifiques et très référencés pour les spécialistes, mais un outil comme cet album permet de toucher plus de gens : les comités d’entreprises, des médecins du travail, les plus jeunes…

Justement, à qui envoyez-vous cette BD ? Espérez-vous des effets réels.
Aux acteurs politiques et administratifs de la région d’une part, pour les inviter à s’intéresser à la question de l’homophobie en milieu professionnel. À la plupart des gros employeurs de la région ensuite, publics (Ville de Lyon, Hospices civils) et privés (Renault Trucks, Boiron, Mérieux). On l’envoie également aux bibliothèques, aux représentations syndicales ainsi qu’aux associations gay et lesbiennes. La question de la diversité est très peu posée en France, comme on peut le regretter à l’issue de l’«année européenne pour l’égalité des chances pour tous» ; nous espérons attirer l’attention du plus grand nombre sur notre travail grâce à cette bande dessinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.