C’est le devoir des hommes politiques – et singulièrement des hommes politiques de droite – de s’opposer, par tous les moyens de la parole et par tous les moyens légaux, aux projets corrupteurs et mortifères de dilution du mariage.
Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement de Lyon, candidat à sa réélection sur la liste de Charles Million, « Unir pour Lyon »

Mort et corruption, comme il y va ! C’est non sans une certaine jubilation que l’on s’enquiert des réflexions progressistes des élites millonistes. Surtout depuis leur alliance avec le candidat de la majorité présidentielle, Dominique Perben (trois de ses têtes de listes sur neuf sont issues du groupe municipal de Charles Million, «Unir pour Lyon»). Ça réactive un peu les clivages, car à la question «c’est qui qu’est d’la gauche, c’est qui qu’est d’la droite», il faut bien admettre qu’on ne sait pas toujours quoi répondre. Là au moins c’est clair, on promeut le travail et l’identité nationale au sommet de l’État, la famille dans les communes. Vive la décentralisation ! Et pour écarter toute possibilité de doute, pourquoi ne pas inviter des compagnons de Philippe De Villiers dans l’écurie : le plaisir d’accueillir Patrick Louis, grand gourou dans la région Rhône-Alpes du Mouvement Pour la France. Voici venue l’heure des vœux et résolutions pour 2008 : amis corrupteurs en tout genre, unissez-vous. Corrompez corps et consciences, déchirez les camisoles et surtout, liguez-vous contre la vulgarité. En 2008, brandissons notre majeur à chaque déclaration susceptible de saper notre croyance et notre confiance dans les principes de liberté, d’égalité et de fraternité. Oui on sait, c’est ringard d’entonner la trinité républicaine ! Mais enfer et damnation, quand on voit qui aujourd’hui incarne la modernité, mieux vaut se ranger du côté des vieux cons. Ah… j’allais oublier : bonne année quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.