Un certain Freddy s’étonne du retour du keffieh dans nos jolies rues lyonnaises. Il s’inquiète même de savoir si l’aspect hautement politique de ce petit bout de tissu à carreaux est compris par l’ensemble des personnes qui le portent à savoir toute bonne fashion victim qui se respecte et autres ados en pleine rébellion vestimentaire.

Très cher Freddy, rassurez-vous. Cette saison, ce foulard est totalement neutre. On oublie le symbole pro palestinien d’il y a 30 ans, les ados rebelles de 1980 et la panoplie grunge 90’s. Il est aujourd’hui, au même titre que le treillis, un élément mode à part entière sans aucune symbolique. Alors, comment est-il arrivé sur nos trottoirs cet hiver 2008 ? Où le trouver ? Et surtout comment le porter ? Pour commencer, c’est grâce à l’œil averti et hautement commercial de Nicolas Ghesquiere que le keffieh est réapparu sur le podium de la maison Balenciaga en mars 2006 lors des collections hiver 07-08… À la vitesse de Bip-Bip fuyant le coyote, il devient un must have et se retrouve autour du cou de toutes les fanatiques de mode et des Djs new-yorkais. Voilà pour la petite histoire. Mais maintenant : où le trouver et comment le porter ? À ces deux questions, la réponse est simple : partout et avec tout ! Si vous ne pouvez pas vous offrir le modèle original Balenciaga (1500€), vous en trouverez chez Diesel (99€), Dries Van Noten (89€), Iro (119€) mais aussi H&M (14.99€) et Tati (12€). N’oubliez pas les friperies, où vous en trouverez d’authentiques à moindres frais… Pour le porter, là aussi c’est simple : plié en diagonale, la grande pointe devant et les deux autres qui tombent sur les côtés. Vous pouvez le porter sur une chemise, un T.shirt ou une jolie maille. Moi, je le conseille avec un T.shirt marinière et un gilet de grand-père en jeans blanc sur un slim noir et une belle paire de derbies, mais aussi sur un pull col roulé noir et un pantalon noir très large avec une paire de Converse en cuir blanc… Pour le porter ultra fashion, il faut le mixer avec d’autres imprimés comme du clan ou des rayures. Mais attention, l’exercice est périlleux. Il faut vraiment savoir maîtriser les mélanges sous peine de se retrouver déguisé en fils illégitime de Boy George et Cindy Lauper. Alors Freddy, si vous souhaitez suivre le vent et faire partie de la grande famille, portez un keffieh. Choisissez-le imprimé ou uni, mais portez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.