Le caractère «hétéroclite» du désir homosexuel le rend dangereux pour la sexualité dominante… l’unification des pratiques du désir homosexuel sous le terme d’«homosexualité» est aussi imaginaire que l’unification des pulsions partielles dans le moi.
Guy Hocquenghem, Le désir homosexuel

Hocquenghem, mort du sida il y a tout juste vingt ans, appartient à ce panthéon de penseurs dont la liberté passe aujourd’hui sinon pour un projet terroriste, au moins pour de la naïveté. Pourtant, à relire le désir homosexuel, il paraît que rien n’a véritablement changé. Ses formes socialement acceptables et canalisées sont acceptées voire parfois saluées ; «regarde comme ils sont mignons tous les deux, ils viennent de se pacser». Ça sonne un peu comme une félicitation «C’est bien les enfants, vous voyez, vous aussi vous avez le droit au bonheur, suffit de rentrer dans le rang». En revanche, les formes encore chaotiques, polymorphes et subversives du désir homosexuel restent perçues comme menaçantes et dangereusement déstructurantes ; «arrêtez de faire les folles et de coucher comme ça avec n’importe qui, on vous regarde»… ce n’est pas parce que les partenaires sont plus nombreux qu’un qu’il s’agit de n’importe qui ! Foucault enjoignait ses camarades déviants à créer «de nouvelles formes de vie, de rapports, d’amitiés, dans la société, l’art, la culture, de nouvelles formes qui s’instaureront à travers nos choix sexuels, éthiques, politiques» (cité Par Patrice Pinell dans Une épidémie politique). Le ballon plein de perspectives qui s’était élevé avec les mouvements de libération sexuelle semble aujourd’hui s’être dégonflé. Contre l’unification et la canalisation des pratiques du désir, pas seulement homosexuel, qui frappent nos sociétés contemporaines, quelques murs se dressent où l’affichage reste libre. Mouvements sociaux spontanés, œuvres improbables, moments de transmission… Des bugs dans la matrice, des brèches dans lesquelles nous vous invitons à vous engouffrer ou, pour le moins, à ne pas refermer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.