Smiley FaceGregg Araki. Memento films.

Gregg Araki est un réalisateur on ne peut plus hétéroclite : en effet, la majorité de son œuvre cinématographique aborde de près ou de loin la question homosexuelle ; tel son magistral Mysterious skin (dont on ne s’est toujours pas remis d’ailleurs). Et voilà que Monsieur a sorti en début d’année Smiley face, sur les déboires d’une jeune actrice plus encline à la fumette qu’au travail. Rien à voir avec ses précédents films. Quoi que… Qu’il traite de sexualité, de pédophilie, de drogues ou autre, Gregg Araki parvient toujours à cerner une partie de la jeunesse américaine actuelle – pas celle de «Jesus camp», l’autre ! -, perdue dans des schémas préétablis qu’on lui impose. Comme dans Smiley Face, comédie dans laquelle sous couvert de farce potache divertissante, Araki livre le portrait d’une fille paumée embarquée dans des histoires qui la dépassent (le film raconte comment cette charmante demoiselle est arrivée à se retrouver stone au sommet d’une grande roue, le Manifeste du Parti Communiste entre les mains). Avec, dans le rôle de la comique de service malgré elle, Anna Faris, la gloussante Cindy Campbell de Scary Movie, rayonnante à souhait. Finalement, si Smiley face n’est pas le meilleur film de son auteur (que ceux qui n’ont pas vu Mysterious skin soient lapidés de suite), il reste néanmoins une comédie très attachante, drôle et pop : idéal pour l’été !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.