Isabelle Fournier

«Si la France obtient quarante médailles aux JO, j’irai au Conseil des ministres en crocs roses».
Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, dans Le Parisien, le 10 août

Et si un Français gagne la prochaine édition de l’Eurovision, j’irai à l’Opéra en Jockstrap… Roselyne Bachelot était une égérie homosexuelle de droite. Son goût pour la provocation et ses abus de langage étaient appréciés ; elle vient de passer dans le domaine de la vulgarité. On l’a vue exulter sur les plateaux de télé en direct de Pékin, faire les yeux doux aux lutteurs héroïques et se frotter aux armoires à glace waterproof, alors même qu’aucun représentant du gouvernement français n’assistait à la Conférence mondiale sur le sida de Mexico. Comble du cynisme et de l’hypocrisie, le site de son ministère l’affiche en photo, aux côtés de Bernard Kouchner, pour illustrer l’article consacré à cette réunion à laquelle ils ne participaient pas. Quarante médailles tous les quatre ans contre 33 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde (150 000 en France)… La politique est affaire de priorités. Vérification faite au Parti Socialiste, dont les cadres sont beaucoup plus investis dans les querelles pour la direction de l’appareil que dans la lutte contre le fichier EDVIGE, qui mettra pourtant en fiches leur patrimoine, leur sexualité, leur santé. Décidément la France ronronne, elle qui est si connue pour grogner. À l’instar de Comme les autres, premier film grand public français à traiter le thème de l’homoparentalité, mais qui s’embourbe dans une batterie de clichés «hétérocentrés». Alors oui, il y a quelques soupirs dans ce numéro de rentrée. Des soupirs excédés, entre lesquels on trouve néanmoins le temps de rendre un hommage ému à Tony Duvert, auteur essentiel des années 70, injustement oublié. Le temps aussi de découvrir Rémi Lange, réalisateur sans concession et briseur de tabous. Entre les Jeux Olympiques et le Journal Officiel, bien heureusement, subsistent encore quelques tentatives de pensée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.