Roberta Valerio – Têtu n°133Une rumeur court selon laquelle le samedi 20 septembre au soir, des dizaines et des dizaines de mecs attendaient sagement mais impatiemment en file indienne devant l’entrée du Trou, presque jusqu’en bas de la rue Romarin.

On sait que les rumeurs amplifient en général la réalité mais il est certain que la réouverture du célèbre sexclub était attendue avec impatience. En effet, le Trou a affiché porte close pendant trois semaines de travaux. Plus qu’à un ravalement de façade, c’est à une véritable réorganisation des entrailles du lieu qu’ont procédé Romain et Luc, les deux gérants. Si le Trou n’est pas plus grand qu’avant (400 m2), il gagne à coup sûr en espaces de jeux et en ambiance.

Pourquoi avoir entrepris de tels travaux alors que le club semblait fonctionner ?
Pour changer tout simplement, c’est important d’offrir un espace rénové aux clients qui viennent régulièrement. L’autre objectif était d’améliorer le confort, l’hygiène et la fonctionnalité du lieu. Par ailleurs, il faut être en phase avec les tendances du moment, proposer les équipements adéquats et un cadre adapté aux fantasmes de chacun.

Le rez-de-chaussée a été totalement revu…
Oui, on a voulu organiser cet espace autour d’un long couloir, de part et d’autre duquel se trouvent les cabines. Il y en a désormais douze, de tailles diverses contre sept auparavant. Ce couloir est balisé par un faisceau rouge au sol ; la lumière s’assombrit au fur et à mesure que l’on avance. On voulait donner l’impression d’un tunnel dont on ne voit pas le bout. À mi parcours, à côté des toilettes, on trouve un espace ouvert avec deux douches qui n’existaient pas auparavant. Tous ces points d’eau sont équipés de jets à lavements, que nous réclamaient de nombreux clients.
Ce sont les aménagements de confort dont vous parliez ?
Entre autres, mais pas uniquement. Nous avons changé tous les lits et les matelas, qui sont désormais plus épais et plus confortables. Espérons simplement que les gens ne s’endormiront pas dessus. C’est plus anecdotique, mais on a également installé des écrans télé supplémentaires (avec pornos en continu) pour occuper les pauses etc. Presque tout est neuf, même les écrous qui servent pour les vestiaires ont été refrappés…

Qu’en est-il des équipement et des thèmes de soirées ?
On a effectivement investi en matériel : nous disposons d’un sling supplémentaire, à l’étage, que l’on peut déplacer puisqu’il est mobile ; on a aussi commandé un superbe banc de bondage qui vient des Etats-Unis. Et puis on conserve l’arsenal que les clients connaissent déjà : la croix de Saint-André, la toile d’arraignée et le carcan. En termes de soirées, on poursuit sur la lancée puisque les thèmes que l’on a développés l’an passé ont beaucoup plu : à poil le mardi, slibard le jeudi et puis les dimanches plus spécifiques (black out, cagoule, uro…). L’ambiance lumière noire et rouge que l’on a retravaillée donne au lieu une atmosphère plus sexe que jamais. Pour résumer, le trou, c’est comme avant mais en beaucoup mieux.

Le Trou, 6 rue Romarin-lyon 1
Du dim au jeu de 14h à 3h, ven et sam de 14h à 6h
Tarif plein : 8€ – Tarif réduit : 5€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.