Queer as folk

Ysa Ferrer, franchement, on ne la connaissait pas jusqu’à hier. Pourtant, à en croire une source fiable, elle serait adulée par les gays. Ah bon ? Un petit tour sur le net confirme l’attrait phénoménal que suscite la demoiselle qui répond aux questions sur son statut d’icône gay par un «j’assume et j’en suis très fière». Bah merde alors ; comment a-t-on pu passer à côté de cette découverte communautaire à la carrière internationale (elle cartonne jusqu’en Russie) ? On rattrape le temps, on se farcit sa bio (c’est une ex du sitcom Seconde B, ça plante le décor !). Et forcément on va faire un tour sur son Myspace : ah oui, on ne vous avait pas dit, Ysa Ferrer est chanteuse. Style Kylie Minogue version cocorico, ou plus simplement électro-dance radio diffusable. On écoute… On est dubitatif. Quoi que… On se laisse vite emporter par les sonorités synthétiques, les paroles toutes sucrées. On se prendrait presque à danser sur On fait l’amour, comme ça, dans notre bureau, avec deux mecs bodybuildés en guise de choristes. Et on irait presque l’écouter en concert, juste pour voir bien sûr… Ah non, on avait oublié, on a piscine ce soir là…

Le 24 à l’Agora de Saint-Ismier (Grenoble), le 25 à l’espace Tonkin (Villeurbanne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.