Le 4 octobre dernier, Loïc et Christophe se sont unis par les liens… de l’amour, à la mairie du 7e arrondissement de Lyon. Depuis cinq ans qu’ils vivent ensemble, ils auraient bien voulu organiser un mariage. Ils y ont même cru jusqu’au dernier moment, c’était un engagement de la candidate Ségolène Royal. Mais elle n’a pas gagné. Alors ils se sont pacsés. Loïc raconte cette démarche au tribunal : cadre glacial, un fonctionnaire qui se contente de vérifier les pièces du dossier, un coup de tampon, «Au suivant !». Impossible d’en rester là. Dans les arrondissements de gauche à Lyon, on célèbre des «confirmations de Pacs». Ils sont allés se présenter à la mairie du 7e. Il suffit de faire une demande et puis on reçoit une convocation. Il y avait près de 200 personnes ce samedi dans la salle des mariages. Des parents, des amis, quelques militants comme David Souvestre et Olivier Borel. Le maire d’arrondissement Jean-Pierre Flaconnèche avait tenu à être présent. Il a rappelé publiquement les dispositions du Pacs, comme on le fait pour les engagements du mariage. La première adjointe qui officiait, Ladia Ait-Maten a affirmé son engagement pour l’égalité des droits, s’étonnant qu’il y ait encore des discriminations au mariage pour les homosexuels. Puis il y a eu l’échange des anneaux et tout le monde a applaudi. La cérémonie n’étant pas codifiée, on peut lui donner la forme qu’on veut. Loïc et Christophe ont également signé un document symbolique, avec leurs deux témoins. Le soir, ils faisaient la fête entre amis dans une salle municipale qu’ils avaient réservée. Comme n’importe quels citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.