Ce tout jeune homme à la voix pétillante vit à Saint-Étienne depuis peu. Son pseudo (anagramme de Simon) n’est pas un hommage à la ville verte : «Petit, j’ai déménagé de Villeurbanne en Ardèche, et on jouait toujours avec l’herbe de la campagne : on la mangeait, on la lançait en guise de riz quand on imitait les mariages, hétéros à l’époque… Depuis, elle me définit». Photographe et passionné de «design graphique», le voilà entré à l’école des Beaux-Arts. La ville ? «C’est la ville des faux espoirs. Quand tu te lèves le matin, il fait beau, et quand tu sors de ta douche, il pleut. Mais l’école me plait beaucoup, je m’y sens bien». Si le design est «une invitation faite à chacun à porter un regard différent sur la vie qui nous entoure», son outil privilégié est la photographie. Son projet actuel s’empare du thème de la vision : «une façon d’ouvrir les yeux aux gens !». Et si vous avez plus de chance de le croiser dans son salon, à l’opéra («Sauvez l’opéra de Saint-É» s’exclame-t-il !) ou au musée d’Art Moderne, c’est qu’il n’a pas encore trouvé de bars très conviviaux. Une adresse à lui filer ? Proposez-lui au fumoir, le forum du site « www.hétéroclite.org ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.