«Respectons la transidentité, refusons la transphobie». L’audacieux mot d’ordre de la Marche des fiertés 2009 a provoqué le trouble, l’incompréhension et parfois la colère de plusieurs établissements du milieu gay lyonnais. Peur que ce mot d’ordre exclue une partie de la communauté et ne soit pas intelligible par le grand public, sentiment de n’avoir pas été écoutés. Rencontre avec trois gérants de commerces qui ont accepté de s’exprimer sur ce sujet brûlant.

Ève, L’Antre d’E (voir photo)
Dans LGBT il y a plusieurs lettres ; ça m’ennuie de mettre une seule catégorie en avant plutôt qu’une communauté. Par ailleurs, je trouve que le sujet trans est beaucoup trop important et complexe pour en faire un slogan en trois mots. J’ai exprimé mon point de vue à des représentants de la LGP : «faites un focus sur ce thème dans le livret, organisez des débats pendant la quinzaine mais n’en faites pas le mot d’ordre de la gay pride». En plus, il me semble que les choses avancent pour les trans ces temps-ci, la Haute Autorité de Santé vient de remettre un rapport après avoir organisé une consultation ouverte à tous et à toutes, le rapport est en ligne. Les trans ont des droits en France. J’ai l’impression que la LGP fait l’impasse sur ces évolutions et que le livret contient des contre-vérités. Je trouve évidemment essentiel d’interpeller sur les questions trans mais je crois aussi qu’il serait temps que nous réfléchissions ensemble pour définir quelle est la vocation, quel est l’objectif de la gay pride.

Marie, Le Domaine
Je ne suis pas d’accord avec le mot d’ordre car traditionnellement, il est commun. J’ai le sentiment que qu’il a été choisi sans réelle concertation avec les commerçants ; au début, il devait être aligné sur le mot d’ordre national et il a changé sans que l’on soie au courant. On n’est évidemment pas transphobes comme on peut l’entendre dire ces temps-ci. Je suis un peu déçue car on avait donné plein d’idées pour le livret, pour le forum associatif et rien n’a été retenu. D’autre part, les gens ont du mal à accepter l’homosexualité alors si on brouille le message… Donc je ne ferai pas la gay pride cette année. C’est navrant pour une ville comme Lyon, mais J’ai peur que ce soit la plus honteuse marche de France.

Ludovic, La Ruche
On nous a oublié ; on n’a rien contre les trans mais la décision à été prise par les associations sans notre avis. J’avais fait part de mon souhait d’un mot d’ordre plus général qui aurait regroupé tout le monde et là, de nombreuses lesbiennes et de nombreux gays ont l’impression d’être écartés. La majorité de mes clients ont exprimé leurs réserves ou leurs doute ; ils ne se reconnaissent pas dans le mot d’ordre. Je ne serai donc pas à la gay pride. Je trouve dommage que les associations n’écoutent pas davantage les commerçants. Je suis autant militant qu’eux. On ne peut pas tous être d’accord, mais on peut toujours trouver un terrain d’entente. Vivement l’année prochaine.

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Polémique autour du mot d’ordre de la Marche des Fiertés | Heteroclite
  2.  PMA, prostitution : le mot d’ordre lyonnais de la Marche des Fiertés fait des vagues - | Rue89Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.