100504_12RDVavec...Romainim«Extermittent du pestacle», comme il se définit lui-même, et auteur-compositeur-interprète à ses heures, Sébastien est musicien dans un genre peu investi par les gays : le metal.

Sébastien (Seb pour les intimes) est originaire du Jura. C’est dans la préfecture du département, à Lons-le-Saunier, qu’il a fait ses premières armes en participant comme bénévole à une multitude de projets culturels depuis ses quatorze ans, avant de créer de toutes pièces avec quelques collaborateurs un festival de musique dont le nom à lui seul envoie déjà du lourd, le Lons Angeles Festival. Son bac L en poche, et après avoir travaillé quelques années comme technicien du spectacle pour les Scènes du Jura, Seb débarque à Lyon au printemps 2008, et change totalement de secteur professionnel puisqu’il est alors embauché… dans un sex-shop de la Presqu’île. Mais l’expérience se passe mal et ne dure que le temps d’un trimestre. S’ensuit alors, selon ses propres mots, «une période de mouise, de précarité, de dépression…» dont il n’émerge progressivement qu’au printemps dernier. Depuis, Seb est toujours un jeune précaire, mais il travaille comme régisseur pour la compagnie Les Vedettes Secrètes, qui s’est donnée pour mission de faire découvrir des comiques émergents, et il exerce ses talents de chanteur guttural au sein d’un groupe qu’il a fondé avec quelques amis rockeurs, Malone. Mais un gay qui préfère Motörhead et Black Sabbath à Lady Gaga, est-ce bien sérieux ? «C’est vrai que le milieu du metal est généralement assez viril et plutôt machiste, mais je ne cache pas mon orientation sexuelle et ça n’a jamais semblé déranger personne parmi les musiciens. Et puis il y a quelques exemples célèbres, comme Rob Halford [chanteur de Judas Priest qui fit son coming-out  en 1998, NdlR]». Le mois dernier, Malone est parti sur les routes de France évangéliser les foules et convertir la population aux vertus d’un rock’n’roll underground tonitruant et énervé. Leur Raise Your Fist and Tour 2010 est ainsi passé par Saint-Étienne, Mâcon, Lille, Paris, Strasbourg, et inévitablement Lons-le-Saunier, avant de s’achever en beauté à Lyon, le 1er mai. Le futur de Seb et de son groupe ? Un album autoproduit de douze titres, enregistré en mars 2010 avec un collaborateur régulier du duo Brice et sa pute, à paraître très prochainement. En attendant, Seb continue de tracer sa route, une route «un peu punk et un peu tapette», selon une formule empruntée au groupe Denum et qu’il affectionne particulièrement…

Myspace malone_speedrock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.