L’association Contact organise à la mairie du 8ème arrondissement de Lyon la projection du film américain Bobby seul contre tous, dans le cadre de la 25ème édition des Semaines d’information sur la santé mentale (conférences, portes ouvertes, expositions, projections et débats, du 10 au 23 mars 2014 dans le Rhône).

Sigourney Weaver avait déjà depuis longtemps gagné ses galons d’icône lesbienne grâce à son interprétation magistrale du lieutenant Ellen Ripley dans les quatre épisodes de la franchise Alien. Voilà qu’à présent, elle pourrait bien devenir également une icône gay grâce à Bobby seul contre tous, téléfilm dans lequel elle tient un rôle de mère-courage finalement pas si éloigné, par sa force de caractère et sa détermination inébranlable, de celui qui l’a rendue mondialement célèbre.

Sans doute lassée de parcourir l’espace en manquant à chaque instant de se faire boulotter par une grosse bébête visqueuse, Sigou (pour les intimes) revient donc sur Terre sous les traits de Mary Griffith, sorte de Christine Boutin protestante égarée chez les desperate housewives dont l’univers propret s’écroule une première fois le jour où elle découvre l’homosexualité de son fils Bobby, puis une seconde fois le jour où Bobby met fin à ses jours faute d’avoir été accepté tel qu’il était.

Un téléfilm, certes, mais plutôt convaincant

Bien sûr, on peut être agacé dans un premier temps par ce côté “d’après une histoire vraie“ et cette exemplarité soulignée à gros traits de marqueur fluo si chers aux scénaristes de fictions télévisuelles américaines. Mais ces réticences initiales sont vite balayées par la conviction des acteurs, tous étonnamment crédibles, par l’intérêt suscité par les thèmes abordés (depuis le suicide des jeunes homos jusqu’aux terrifiantes méthodes de “guérison“ proposées par les fondamentalistes) ainsi que par la force de son propos : après la mort de son fils, Mary délaisse progressivement sa bigoterie et ses préjugés pour se tourner vers ceux qui pourront lui apporter réconfort et explications, à commencer par d’autres gays. Elle opère ainsi un spectaculaire virage à 180° pour devenir à la fin du film une militante du droits des homos.

S’il n’est pas le nouveau Harvey Milk, Bobby seul contre tous n’en demeure pas moins un téléfilm plus convaincant qu’il n’y paraît de prime abord.

 

Bobby seul contre tous de Russel Mulcahy, mardi 18 mars à 19h (accueil à 18h30) à la mairie du 8ème arrondissement, 12 avenue Jean Mermoz-Lyon 8
Disponible en DVD chez Outplay

 

 

En savoir plus :

La séance sera animée par le Dr. Isabelle Kauffmann et les bénévoles de l’association Contact : Isabelle, Cathia, Olivier, Camille, Violette et Bastien. L’association Contact Rhône a pour but de sensibiliser, d’accueillir et d’informer le grand public sur les risques de la stigmatisation et sur l’incidence des suicides et tentatives de suicide chez les jeunes homosexuels. Le débat qui suivra la projection permettra d’aborder les effets psychologiques que l’homosexualité, le rejet et l’isolement ainsi que la discrimination et la stigmatisation induisent sur les jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.