101226_8danseimcopyrightMarcDomageQuoi de commun entre Bertolt Brecht et Stanley Kubrick ? Tous deux ont mis le tempérament violent, grégaire et parfois sauvage des hommes en musique. Tous deux ont analysé dans leurs œuvres les mécanismes de domination, d’asservissement au sein du groupe. Alain Buffard les a choisis comme tuteurs de sa dernière création, Tout va bien. Une pièce composée de deux parties, chacune en quelque sorte sous le patronage de l’un de ces deux artistes majeurs du XXe siècle. Le Kubrick de Full Metal Jacket d’abord, reconnaissable notamment grâce à la chanson The Rifle Pray (La Prière du fusil), entonnée en chœur par les danseurs, point d’orgue d’une séance de dressage, de brimades et d’humiliations à laquelle ils viennent de se livrer. Les pieds de micro figurent les fusils, tantôt pointés sur la tempe des plus faibles, tantôt utilisés pour battre le rythme contre le sol. Esthétique sadomasochiste et imaginaire du régiment de bidasses, on hésite entre le rire et l’effroi, mais il est difficile de rester indifférent. Les motifs de l’asservissement (dont un magnifique «kiss my ass», de nombreuses fois répété) sont traités avec ironie et humour, potache parfois, trop pourrait-on regretter par moments. Puis, comme un pivot au milieu du spectacle, des chemises blanches sont jetées de l’extérieur vers le centre du plateau, comme un bombardement ou comme un effeuillage collectif. Une image d’une très grande beauté, à l’instar de toute la deuxième moitié de la pièce. Une deuxième moitié qui, dans un esprit plus cabaret allemand (sous l’égide de Bertolt Brecht et Kurt Weil) et sans s’éloigner de son sujet, accorde davantage de place à l’émotion, présente des êtres plus ambigus, plus humains, plus proches de nous. C’est un chemin qu’Alain Buffard nous a fait parcourir du camp d’entraînement au théâtre, entre violence et bouffonnerie. Un chemin balisé par une équipe de danseurs dont il faut saluer l’engagement et la virtuosité, sans lesquels l’ensemble serait peut-être resté une farce.

www.mc2grenoble.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.