Écrans Mixtes s’achèvera le 8 mars (Journée des droits des femmes) par une carte blanche au Festival international de films de femmes de Créteil.

Si Écrans Mixtes se veut un festival dédié à la mémoire homosexuelle, force est de constater que les films qui y seront projetés traitent plus volontiers des amours masculines que féminines – à quelques exceptions près, telles que La Rumeur de William Wyler, Too Much Pussy d’Émilie Jouvet ou Drool de Nancy Kissam. Une situation qui illustre encore une fois la difficulté pour les femmes d’être représentées à parité avec les hommes dans l’univers gay et lesbien (y compris dans ces colonnes !). Pour remédier à ce déséquilibre, le festival s’achèvera le 8 mars (Journée internationale des droits des femmes) par une carte blanche au Festival international de films de femmes de Créteil.

Aux yeux des organisateurs d’Écrans Mixtes, il était important de donner la préséance à un festival mixte plutôt qu’à un festival exclusivement réservé à un public féminin, comme peut l’être par exemple Cineffable à Paris : une façon de sensibiliser les hommes aussi (hétéros ou homos) aux questions féministes et lesbiennes. La soirée du 8 mars offrira donc l’occasion de voir ou revoir le court-métrage suisse Au fil de l’eau, de Claudia Lorenz et Cecilia Barriga, ainsi que deux documentaires. Le premier, Des fleurs pour Simone de Beauvoir, rend hommage à l’auteur du Deuxième Sexe ; le second, Lover other, the story of Claude Cahun and Marcel Moore (photo), retrace le destin du couple d’artistes formé par Lucy Schwob et Suzanne Malherbe, alias Claude Cahun et Marcel Moore. La première édition d’Écrans Mixtes s’achèvera ensuite par un pot de clôture à partir de 22h30 au bar féminin Le Domaine.

 

www.festival-em.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.