121122_Arnaud2BertiniL’autobiographie de Claude Arnaud retrace tout d’abord l’histoire d’un destin familial tragique. L’écrivain est issu d’une famille aisée : son père est directeur commercial, sa mère femme au foyer. Mais, plus que ses parents, c’est surtout la fratrie qui tient une place centrale dans ce récit. L’auteur éprouve pour ses deux frères aînés respect et attachement, leur relation se faisant très particulière à certains moments, mais conservant toujours une distance qui ne sera jamais vraiment comblée. L’atmosphère familiale fait les frais de ces contradictions : les réussites professionnelles et scolaires ne parviennent pas à égayer l’ambiance pesante émanant de la sévérité du père et de la maladie de la mère. Les événements de mai 68 sont donc pour Claude Arnaud une échappatoire. Sa vie se partage alors entre un militantisme acharné et des soirs de défonce et de concerts, avant qu’il ne renonce à ses ambitions révolutionnaires. Il enchaînera alors sur un parcours plus personnel, habitant un moment l’appartement dans lequel vivent Frédéric Mitterrand et André Téchiné, fréquentant des proches d’Yves Saint Laurent ou d’Andy Warhol et sortant dans les bars gays les plus courus. L’ensemble du roman est traversé par une quête de soi à la fois politique et sentimentale : si, dans les années 70, le narrateur enchaîne les relations amoureuses sans chercher à savoir qui il est, cette question prend une importance grandissante au fur et à mesure du récit. La force de cette autobiographie tient au fait qu’elle évite l’écueil du regard rétrospectif pour privilégier une reconstitution minutieuse des sentiments de l’auteur à l’époque où il vivait les faits qui nous sont rapportés.

www.villagillet.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.