110704_110617VirgiliVoldmanGaronneetassassincouvDans le vocabulaire des historiographes, c’est une «belle affaire» que livrent Fabrice Virgili et Danièle Voldman. Les deux historiens, auteurs de plusieurs livres sur la sexualité et le genre dans la première moitié du vingtième siècle, ont exhumé les archives d’une édifiante affaire policière survenue dans la France des années folles. La Garçonne et l’assassin est en effet l’histoire du couple formé par Louise et Paul, deux membres de la classe populaire parisienne. Pour échapper à la Première Guerre mondiale, Paul se travestit et, pendant près de dix ans, dissimule son identité en devenant Suzanne. Ayant repris son identité de naissance suite à une loi d’amnistie, Paul sombre dans l’alcool et la violence, avant d’être tué par Louise en 1928. La Garçonne et l’assassin nous plonge dans des années 1920, qui sont celles d’un bouleversement des identités sexuelles et de genre, alors beaucoup moins figées qu’on se l’imagine souvent. Des historiens ont déjà décrit l’effervescence et la visibilité de la vie homosexuelle pendant la période. Deux femmes vivant ensemble, comme le font Suzanne et Louise, ne représentent évidemment pas la norme de l’époque, mais ne font pas non plus scandale : elles rejoignent simplement la vogue des très nombreuses «garçonnes» parisiennes. La transformation des canons de l’esthétique féminine permet à Paul de devenir Suzanne en passant inaperçu : jupes raccourcies, cheveux courts et mode des petites poitrines servent sa nouvelle identité, tandis que l’épilation par électrolyse lui permet de faire disparaître ses poils. Les lieux de sociabilité fréquentés par Suzanne reflètent également ces transformations dans l’ordre sexuel : elle pratique ainsi le parachutisme (sport à la mode, notamment dans les milieux lesbiens), fréquente assidûment le bois de Boulogne où se rencontrent des partenaires de toutes identités et passe des annonces de rencontre dans des journaux populaires. C’est ainsi toute une époque que dessine en arrière-plan la passionnante mais tragique histoire du couple et qui se découvre avec plaisir dans un livre d’histoire très accessible.

Fabrice Virgili et Danièle Voldman, La Garçonne et l’assassin, Payot Rivages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.