120320_120117seinsAlors que le scandale des implants mammaires PIP prend chaque jour de l’ampleur, l’Association nationale transgenre (ANT, anciennement Trans Aide) s’inquiète de la situation des femmes trans-identitaires à qui ces prothèses ont pu être implantées. Elle déplore également que les associations de victimes de l’entrepreneur Jean-Claude Mas, dirigeant de la société PIP, n’aient pas abordé le cas des personnes trans, et demande au ministère de la Santé un état des lieux. Elle envisage enfin de se porter partie civile dans un procès encore à venir.

[Mise à jour le 21/02/2012 : suite à la publication de cet article, Alexandra Blachère, présidente de l’association PPP, qui défend les intérêts des personnes porteuses de prothèses PIP, nous écrit pour nous signaler qu’elle a abordé le sujet des femmes transidentitaires à plusieurs reprises et dans différents médias (radio, reportages, articles de presse…)]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.