divineComment Glenn Milstead, un jeune gay moqué pour son efféminement et son sur-poids, est devenu Divine, « la plus belle femme du monde« , par la magie du réalisateur John Waters.

En 1969, John Waters décide de jouer au docteur Frankenstein et de créer sa propre créature. Il fait appel pour cela à Glenn Milstead (1945-1988) pour en faire une drag-queen victime de calvitie, très plantureuse et moulée dans des robes rouges en taille 38 : Divine était née, véritable monstre trash et vulgaire, hué par tous.

Après quelques petits rôles (dont celui de Jackie Kennedy !), Waters lui offre le rôle-phare de son film Pink Flamingos (1972), dans lequel elle est nommée par un magazine «l’être le plus dégoûtant de la planète». Elle conservera ce titre et l’honorera grâce à la célèbre scène où elle mange un excrément de chien, séquence mythifiée par Waters qui affirme qu’elle l’a exécutée sans trucage. Les drag-queens la détestaient, les hétéros ne voyaient dans son personnage que de la provoc’ et du trash. Aujourd’hui, Glen est décédé et Divine n’est plus détestée. Elle même devenue une icône du cinéma underground. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre sa mission commencée en 1969 : celle de choquer. Et même en 2012, ça marche !

2 Réponses à “Comment John Waters a fait de Divine « la plus belle femme du monde »”

  1. Martine

    Et quelle est sa finalité dans cette mission? Etre l’être le plus dégoûtant de la planète, pour moi ce n’est pas vraiment un honneur. Cela montre un exemple comme quoi l’homme ne serait qu’un vulgaire animal. En plus, je ne pense pas qu’il soit heureux en faisant ce qu’il fait. Il fait ça parce qu’il ne supporte pas de voir les autres heureux.

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1.  À Lyon, les re-baptiseuses de rues ont encore frappé ! | Rue89Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.