L’exigence du partage de l’art, de son plaisir et de son enrichissement est au cœur de la Biennale 2012. Sa programmation a été dévoilée lundi 21 mai. Que nous réserve-t-elle ?

La 15e Biennale de la danse de Lyon se déroulera du 13 au 30 septembre 2012. Forte de sa maturité, cette fois encore, elle va nous surprendre. Dominique Hervieu, ancienne directrice du Théâtre national de Chaillot à Paris et nouvelle directrice artistique de cette Biennale, souhaite continuer l’élan créatif en faisant de cette 15e édition un festival de création. Toujours aussi intense et toujours aussi riche, son expérience et celle de ses collaborateurs vont nourrir cette quinzaine. L’équipe organisatrice sera au service des artistes pour faire partager 19 créations dont 15 premières mondiales et suivre avec le public 8 résidences de création made in Lyon.

L’originalité de cette Biennale va être la mise en place de trois «fabriques» qui vont accompagner le spectateur dans son parcours :
– la «fabrique des œuvres» : ce label désigne les œuvres nées sur les plateaux de la Biennale. Le spectacle n’est pas présenté comme une fin en soi. Les artistes disposent de deux semaines pour finaliser et adapter leur création aux diverses scènes lyonnaises.
– la « fabrique du regard » : un espace qui place le spectateur au centre des échanges et lui donne la parole.
– la « fabrique de l’amateur » : un laboratoire qui propose plusieurs expériences artistiques chorégraphiées à partager entre professionnels de la danse et amateurs.

Focus sur l’Asie

Cette nouvelle édition propose également deux parcours intrinsèques :
– le parcours Récit, qui propose une rencontre entre littérature et danse, ou comment la force narratrice rencontre le mouvement, la musicalité.
– le parcours Asie, où il s’agira de montrer toute la diversité des danses de cette région du monde. De la lenteur à l’explosion physique, du cérémonial au jeu, de la technologie aux formes épurées, l’Asie sera à l’honneur.

Le défilé de cette 15e édition aura pour mot d’ordre : «entre ciel et terre». Dominique Hervieu souhaite que «du Défilé jaillisse une joyeuse éthique du partage, une pensée humaniste tendue vers l’horizon imprévisible des rencontres (entre amateurs, entre participants et créateurs, avec le public) qui font de la danse un indispensable témoin de notre temps».

www.biennaledeladanse.com

 

Photo Dominique Hervieu © Stéphane Rambaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.