Partager cet article :
L’Institut Lumière projette du 16 au 20 mai le chef-d’œuvre de Bob Fosse, Cabaret (1972), avec une éblouissante Liza Minnelli.

Berlin, 1931. Alors que la République de Weimar vit ses derniers mois, une Américaine délurée fait la rencontre d’un grand dadais d’universitaire anglais visiblement assez peu porté sur la gent féminine. S’engage alors entre Sally Bowles, la chanteuse de cabaret, et Brian Roberts, le jeune homme coincé, une relation tumultueuse, sur fond de montée en puissance du parti nazi. Pourtant, les intermèdes chantés et dansés sont bien là et rythment le film en introduisant dans leurs paroles une distanciation ironique («la vie est un cabaret»). Mais si le Kit Kat Club, où officie Sally, représente un espace de liberté artistique et sexuelle totale, symbole de l’extraordinaire bouillonnement intellectuel et artistique du Berlin des Années folles, au dehors, la peste brune s’étend inexorablement. L’issue du combat entre cet îlot de tolérance et les forces totalitaires nous est révélée dès les premières minutes du film : lorsque le gérant du club se permet d’expulser sans ménagement un militant portant le brassard à croix gammée, il reçoit en retour une correction des SA qui le laissent à moitié mort. Pourtant, le caractère tragique du film ne réside pas seulement dans son contexte politique mais également dans la nature même de la relation entre Sally et Brian. Parce que leurs caractères et leurs modes de vie sont trop différents, mais aussi à cause de la bisexualité de Brian, leurs projets de vie commune ne verront jamais le jour. Et la scène de leur première rencontre apparaît alors comme révélatrice du fossé qui les sépare : il la prend pour sa logeuse, elle le prend pour un Allemand, et ce n’est que grâce à leur maîtrise très approximative de la langue de Goethe qu’ils finissent par lever le quiproquo. Mais il est clair pour le spectateur que l’histoire qui se noue dès cet instant entre ces deux-là, aussi intense soit-elle, ne pourra être que strictement limitée dans le temps : à l’image de cette “parenthèse enchantée“ ouverte en Allemagne à la fin des années 20 et brutalement refermée avec l’arrivée au pouvoir d’Hitler.

Cabaret (1972) de Bob Fosse, avec Liza Minnelli, Michael York… Mercredi 16 mai à 20h30, jeudi 17 mai à 16h45, vendredi 18 mai à 21h, dimanche 20 mai à 15h45 à l’Institut Lumière, 25 rue du Premier film-Lyon 8 / 04.78.78.18.95
www.institut-lumiere.org

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>