Partager cet article :

Pour sa soirée de rentrée, l’association cinéphile stéphanoise Face à Face propose à ses adhérents de dialoguer via Skype avec Jean-Claude Schlim. L’expérience, baptisée Skype me if you can et déjà tentée avec succès en avril avec le cinéaste anglais Andrew Haigh, suivra la projection du premier long-métrage (en tant que réalisateur) de ce producteur luxembourgeois. House of boys, qui sortira sur les écrans français le 7 novembre, raconte l’arrivée à Amsterdam, au milieu des années 80, du jeune Franck, et ses premiers pas de danseur sur la scène d’un cabaret interlope où il ne tarde pas à rencontrer l’amour en la personne d’un de ses collègues, Jake. Mais ce dernier montre rapidement les premiers symptômes de ce qu’on nomme alors «le cancer gay»… Jean-Claude Schlim a puisé dans son propre vécu pour livrer ce récit très personnel des débuts de l’épidémie de sida. Cette (trop ?) grande proximité avec son sujet le pousse parfois à sur-dramatiser inutilement certaines scènes. Mais il faudrait vraiment avoir un cœur de pierre pour ne pas être ému par l’histoire de ces deux garçons, dopée par une excellente bande-son, qui participe à sa manière à la construction d’une mémoire cinématographique de ces années de cataclysme et d’effroi.

House of boys, jeudi 4 octobre à 20h au cinéma Le Méliès, 10 place Jean Jaurès-Saint-Étienne / 06.29.43.01.20
www.festivalfaceaface.fr


Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>