En 2008, l’artiste américain Lawrence Weiner, figure majeure de l’art conceptuel (un courant de l’art contemporain qui donne la primauté au concept d’une œuvre sur sa valeur esthétique), réunit des acteurs amateurs, tous issus du monde de l’art (assistants d’artistes ou de galeries), au Swiss Institute de New York, un centre d’art contemporain renommé. Leurs ébats, en couple ou en groupe, filmés selon les codes du cinéma porno (pénétrations en gros plan incluses) par le vidéaste Kiki Allgeier, constituent la matière de Water in milk exists, un court-métrage de vingt-trois minutes dans lequel les acteurs interrompent parfois leurs transports amoureux pour s’interroger sur le concept de réalité ou des notions de physique quantique, comme la théorie des cordes. L’œuvre est également traversée par les phrases et les graphismes qui constituent la «marque de fabrique» de Weiner, qui considère le texte comme le meilleur moyen d’approcher son travail. Water in milk exists a été présenté en janvier 2009 au Centre Georges Pompidou à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.