Le 6 octobre, l’association de lutte contre le sida AIDES lance la première «journée de la disance», pour inviter les personnes séropositives à bousculer les représentations autour du VIH. L’occasion de parler des stigmates qui pèsent sur les malades, de la nécessité de dire ou de taire son statut sérologique, et de faire évoluer les mentalités pour qu’à l’avenir, la révélation de sa séropositivité n’entraîne plus l’éloignement des amis, des refus de soin, un ralentissement dans la carrière professionnelle ou la perte de partenaires sexuels potentiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.