Chaque mois, un expert répond aux questions que vous vous posez sur l’homosexualité et le genre. Ce mois-ci, le professeur Guillaume Ophobe répond à la question de Sébastien (57 ans, Grenoble) : « pourquoi les gays et les lesbiennes veulent-ils des enfants ? »

C’est une question à laquelle il est très difficile de répondre que vous nous posez là, Sébastien. C’est vrai ça, pourquoi vouloir des enfants ? La nature a bien fait les choses en libérant les gays et les lesbiennes de cette contrainte et voilà qu’ils la réclament aujourd’hui ? Avouons que c’est assez déconcertant. C’est un peu comme si un homme au casier judiciaire vierge réclamait à cor et à cri d’être emprisonné pour une durée de vingt ans (minimum).

Éduquer un enfant, c’est faire une croix sur tout ce que la communauté transpédégouine adore : la fête, la drogue, le sexe et la musique de divas. Les sorties en club et le dancefloor qui s’enflamme se résumeront désormais à faire la ronde avec son enfant et ses copains d’école lors d’un goûter d’anniversaire. Finies, les soirées sous ecstasy entre amis ! La seule drogue à laquelle auront droit nos nouveaux homoparents sera la cigarette (et encore : fumée vite fait sur le palier et non plus vautré sur le canapé, car la fumée nuit à l’enfant !). Quant au sexe, finis également, les double-fists dans des backrooms à 5h du matin : demain, il y a école ! La musique ? Vous pensez sérieusement, Sébastien, qu’un enfant de trois ans aime écouter l’intégrale de Barbra Streisand ?

Dire adieu à l’UC, c’est possible

La seule question qui se pose alors est la suivante : les gays et les lesbiennes savent-ils vraiment dans quoi ils s’aventurent ? Sont-ils au courant qu’ils quitteront leur bel F1 sur les pentes de la Croix-Rousse pour un lotissement de banlieue avec 5 m² de pelouse ? La réponse est oui. Oui, ils sont conscients de tout cela. Et sachez, Sébastien, que l’homoparentalité existe déjà. On trouve même, ici et là en France, des couples homosexuels qui vivent en famille dans des banlieues paisibles et qui ont renoncé aux soirées messagerie de l’UC. Et tout se passe bien pour eux (et même mal parfois, comme partout ailleurs).

On constate aussi que la communauté homosexuelle est entêtée et qu’elle a toujours fait ce qu’elle voulait. Pour vivre en famille et adopter des enfants, les gays et les lesbiennes n’ont attendu l’approbation ou le top-départ de personne. Ils adoptent déjà des enfants, même si le chemin est compliqué. Ce que veulent les gays et lesbiennes aujourd’hui, c’est l’égalité face à la loi et une protection pour leurs familles. Pas un accord pour vivre heureux avec leurs enfants. Car ça, ils le font déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.