Depuis 2001, Grame, lieu de création et de recherche musicale d’une incroyable efficacité, organise chaque année les Journées Grame, en alternance avec la biennale Musiques en scène. Cette saison, grand changement en vue : l’événement se déploie sur tout le premier semestre 2013. Musiques, installations, danses… : toute la création contemporaine se retrouve là, dans une photographie du temps présent bienvenue, qui montre que la musique est vivante, jouissive et remarquablement diversifiée. Les nouvelles technologies sont ici au service des compositeurs ; des formes nouvelles apparaissent et permettent aux créateurs d’imaginer des rencontres particulières avec d’autres expressions artistiques. De janvier à mai, pour leur septième édition, les Journées Grame proposent une quinzaine d’événements publics en partenariat avec l’Orchestre National de Lyon, la Maison de la Danse, le Théâtre de la Renaissance… Tout est réuni pour que le voyage en terres musicales contemporaines soit parfait. James Giroudon, le directeur artistique historique et visionnaire de Grame, a voulu emmener le public dans un voyage aux saveurs particulières. Par ici, on découvre le travail des compositeurs coréens aux côtés des musiciens de l’Ensemble Orchestral Contemporain (EOC) et de l’Orchestre National de Lyon (les 6, 21 et 25 mai à l’AmphiOpéra et à la Bourse du Travail). Par là, on part pour une excursion musicale et dansée dans les univers fascinants d’Anne Teresa de Keersmaeker (du 15 au 20 janvier à la Maison de la Danse), de Michèle Noiret (les 14 et 15 février au Toboggan) et des classes de danse du Conservatoire National Supérieur Musique et Danse (les 12 et 15 avril au Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape). Et puis, comme un fil d’Ariane, la rencontre des arts visuels et sonores se pérennise au travers d’expositions d’une richesse inouïe. Et notamment grâce au travail de Dania Reymond, jeune réalisatrice primée en 2012 pour son court-métrage Jeanne. Pour Grame, elle a imaginé Greenland unrealised, «une vidéo mono-bande en image de synthèse qui prend pour sujet un scénario non-réalisé d’Antonioni». Une curiosité à voir du 25 janvier au 23 février à la galerie Artae à Lyon.

Journées Grame, du 15 janvier au 25 mai / 04.72.07.37.00 / www.grame.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.