Avec l’exposition photographique Adolescences critiques 1, la galerie lyonnaise Le Bleu du Ciel réunit le travail de quatre jeunes artistes européens autour de l’âge ingrat.

On savait depuis longtemps déjà que l’adolescence était une source d’inspiration inépuisable pour les artistes américains. Ce que l’on sait moins en revanche, c’est que des Européens se sont également emparés du sujet. C’est à eux que la galerie Le Bleu du Ciel donne la parole avec son exposition Adolescences critiques 1, qui réunit les travaux photographiques de Nicolas Savary, d’Yveline Loiseur, de Marion Poussier et Marie-Noëlle Boutin, offrant ainsi une vision de l’âge ingrat qui s’éloigne sensiblement de l’imaginaire américain.

Bleu Du Ciel Adolescences critiques 1

Le Suisse Nicolas Savary, par exemple, s’intéresse à l’environnement des adolescents. Ces clichés, qui s’appuient sur les écrits de l’historienne Agnès Thiercé, mettent ainsi en scène des jeunes gens en prise avec les lieux de leur vie quotidienne que sont les établissements scolaires. Les protagonistes apparaissent alors bien seuls devant ces façades de tôles ou sur ces sols de linoléum, coupés du reste du monde, là où leur potentiel de révolte est censé être canalisé.

Chez Yveline Loiseur, c’est l’adolescent confronté au groupe qui est étudié, à travers des fresques qui rappellent l’esthétique de la photo de classe, alors que Marion Poussier observe ses modèles dans la torpeur de l’été, saison de la jeunesse et de la liberté s’il en est.

Explorer l’intériorité des adolescents

Enfin, Marie-Noëlle Boutin se penche quant à elle sur l’intériorité des adolescents, dans une série de portraits où les modèles, saisis seuls ou à plusieurs, semblent livrer leur véritable personnalité, derrière les codes vestimentaires et les attitudes exprimant l’appartenance au groupe. La photographe capte ainsi un jeune homme qui arbore fièrement casquette, jogging et écouteurs dans un moment de calme et de contemplation. Dans un même mouvement, le petit caïd est renvoyé aux doutes et aux espoirs de son âge et le spectateur à ses préjugés. Au final, l’exposition initie une réflexion autour d’une époque capitale de la vie de chacun, où s’esquissent les choix et où se dessinent les contours de l’adulte à venir dans un tourbillon hormonal difficile à canaliser.

 

Adolescences critiques 1, du 7 février au 13 avril au Bleu du ciel, 12 rue des Fantasques – Lyon 1 / 04.72.07.84.31

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.