Partager cet article :

Parmi les 300 000 documents rassemblés à la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu au sein du fonds Chomarat, on trouvera un ouvrage publié pour la première fois en 1736, après la mort de son auteur : Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme.

MemoiresAbbeChoisy

 

François-Timoléon de Choisy naît au sein de la petite noblesse de robe en 1644, sous la régence d’Anne d’Autriche. C’est pour l’introduire à la cour de cette dernière que sa mère l’habille en fille : il servira de compagnon de jeu au «petit Monsieur», le frère cadet de Louis XIV, que la régente souhaite rendre efféminé et faible afin qu’il n’ait jamais l’ambition de ravir le pouvoir des mains de son frère le roi. À l’époque, le port de la robe chez les jeunes garçons, jusqu’à l’âge de six ans environ, est chose courante ; mais François-Timoléon conservera ses vêtements féminins bien au-delà, jusqu’à la fin de l’adolescence. À dix-huit ans, il renonce provisoirement à se travestir pour étudier la philosophie et la théologie à la Sorbonne ; peu de temps après, il est ordonné abbé. Mais son naturel reprend rapidement le dessus et il devient alors «Madame de Sancy» puis «la comtesse des Barres». Sous ces fausses identités, il mène une existence libertine. Ses nombreux scandales lui valent l’inimitié d’une partie de la cour et, à la suite d’un esclandre, il doit fuir Paris pour Bourges. Contrairement à son ami d’enfance Philippe d’Orléans, il ne manifeste aucune attirance pour les hommes. Bien au contraire, son accoutrement lui attire les faveurs de nombreuses jeunes filles de bonne famille, qu’il aime travestir en garçons. En 1683, gravement malade, il échappe de peu à la mort et décide de renoncer à sa vie dissolue. Il effectue alors un voyage au Siam (actuelle Thaïlande) et entre à l’Académie française en 1687. Toutefois, la passion du travestissement ne le quitte jamais véritablement et il la conservera jusqu’à sa mort à l’âge de quatre-vingt ans. Cette vie peu banale a fait l’objet en 1990 d’une pièce de théâtre mise en scène par Isabelle Nanty : Madame l’abbé de Choisy.

L’Abbé de Choisy ou l’ingénu libertin de Geneviève Reynes (Presses de la Renaissance)

Approfondir

Bonus : un extrait du spectacle Madame l’abbé de Choisy mis en scène par Alain Daffos, avec Jean-Stéphane Lefevre, par la compagnie toulousaine La Part manquante

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>