Le collectif Joli Fantôme revient hanter la péniche du Sonic pour une nouvelle soirée toujours aussi nostalgique, toujours aussi cold.

Sonic

Sous le drap de Joli Fantôme se cache un spectre à trois têtes : Marie Ciuffi (Joli Fantôme), Antoine Le Blanc (The White) et Romain Condette (Glory Boy). Ce collectif a adopté une ligne de conduite claire, pour ne pas dire stricte. Au cœur de son projet, on trouve la nostalgie des sons à l’ancienne, des musiques sombres, cold et post-punk. Leur amour des vieux synthés analogiques s’exprime par le biais de soirées qui s’ouvrent sur un concert et s’achèvent sur un bal de clôture durant lequel seuls les vinyles sont autorisés. La programmation musicale est à la fois très ouverte, ultra-pointue, ambitieuse et risquée. Car c’est une des missions de Joli Fantôme : faire découvrir des groupes inédits à Lyon et même en France. Pour les dégotter, le trio écoute de la musique tout le temps, comme en témoigne  le nombre incalculable de vidéos de groupes inconnus postés par ses soins sur le profil Facebook du collectif. Des soirées branchées, alors ? Résolument, mais sur les années 80.

Une salle, une ambiance : post-punk.

La prochaine soirée se déroulera en trois temps musicaux. Joli Fantôme, comme toujours, laisse une grande place à la scène locale émergente qui sera représentée ce soir-là par le groupe stéphanois Merci La Nuit. Inutile de préciser que le combo ne fait pas dans la pop moderne et sautillante mais bel et bien dans le ton eighties, sombre et proche de Taxi Girl par bien des aspects. Puis, place au groupe allemand Unhappybirthday, patronyme choisi en hommage à la chanson homonyme des Smiths. Peu connu, le trio composé de Daniel Ja, Tommi Schreck et André Buhest est originaire de Wismar, ville du nord de l’Allemagne qui n’est connue que des cinéphiles pour avoir été le lieu de tournage de Nosferatu, fantôme de la nuit de Werner Herzog. Côté musique, pas grand-chose dans cette bourgade dont la population diminue chaque année. Heureusement pour eux, les Cure, les Jesus & Mary Chain et toute la clique post-punk (dans ce qu’elle a de plus sombre) a fait son apparition à Wismar chez le disquaire du coin. C’est ici que le trio va découvrir ses principales influences musicales. En septembre dernier est sorti Sirup, un premier album huit titres publié chez Crash Symbol, label qui se passionne pour les tirages sur cassettes et vinyles. Le son de Sirup est donc passé à la moulinette lo-fi tout en conservant une base synthétique très marquée, la touch de la Neue Deutsche Welle, la new-wave allemande. La soirée s’achèvera une fois de plus avec le Bal des fantômes, dont la programmation musicale sera assurée par The White et Glory Boy jusqu’à quatre heures du matin.

Approfondir

Merci La Nuit + Unhappybirthday + Bal des fantômes, vendredi 8 février au Sonic, 4 quai des Étroits-Lyon 5 www.facebook.com/joli.fantome

Bonus : Pyramiden, un extrait du premier album de Unhappybirthday, Sirup, paru chez Crash Symbol le 4 septembre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.