Partager cet article :

Avec le film Avant la nuit (projeté par Vues d’en face en avant-goût de la 12e édition de son festival), Julian Schnabel dresse le portrait d’un homme qui s’est battu toute sa vie pour affirmer qui il était.

2001_before_night_falls_001


C’est en pleine campagne, dans une province pauvre de Cuba, que naît en 1943 Reinaldo Arenas. Mais il n’y restera pas longtemps lorsque la révolution contre la dictature de Batista fait vaciller le pays, l’adolescent décide de se battre pour la liberté. Une fois le tyran renversé, il part étudier à l’université de La Havane. C’est alors que ses premiers amours se croisent : celui de la poésie et celui pour un jeune homme, qui l’introduit dans le milieu gay. Il rêve de devenir écrivain et parvient à publier son premier roman, Les Puits, en 1967. Mais cet ouvrage sera son premier et dernier à être édité à Cuba car le régime castriste plonge le pays dans la répression. Victime de censure pour ses écrits et d’emprisonnement pour son homosexualité, il lutte pour la liberté d’expression au péril de sa vie. En 1980, il finit par fuir aux États-Unis et s’installe à New-York, où il continue d’écrire. Il livre son dernier combat en 1990, contre le sida. Porté par un Javier Bardem saisissant et juste, Avant la nuit est l’adaptation de l’autobiographie éponyme de l’écrivain qui, lorsqu’il vivait encore sur son île natale, était traqué et contraint d’écrire avant que la nuit tombe. Après Basquiat, Julian Schnabel se penche à nouveau sur le parcours tragique d’un artiste qui vivait l’art comme l’ultime libération de l’être. La sensibilité artistique de l’écrivain se retrouve dans le film grâce à une mise en scène qui combine citations, rêves et images d’archives, créant ainsi une succession de paysages semblables à des toiles. Cependant, certaines ellipses rendent le déroulement de l’histoire un peu laborieux à suivre. Mais l’intensité de la vie de l’écrivain ne peut se contenir en un film. Et Avant la nuit trouve sa force dans l’hommage sincère et vibrant qui est fait à Reinaldo Arenas, poète gay hors du commun.

Avant la nuit, mardi 2 avril à 20h au Centre culturel cinématographique de Grenoble, 4 rue Hector Berlioz / 04.76.44.70.38 / www.vuesdenface.com

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>