Nouveau venu sur la scène branchée-indé lyonnaise, le Sucre saupoudre le mois de novembre de concerts tous plus gay-friendly les uns que les autres.

Ce n’est pas d’une cure de vitamine C dont nous aurons besoin pour passer l’automne gaiement, mais de glucose. Car c’est le Sucre qui programme les concerts les plus excitants du moment. Trois groupes joueront en novembre sur les toits du meilleur site de la Biennale d’Art Contemporain : Austra brusquement, London Grammar entre-temps et Kadebostany ensuite. Si ces formations peuvent sembler confidentielles, elles ont pourtant déjà leur lot de fans.

C’est le cas de Katie Stelmanis, tête pensante du groupe Austra, qui est actuellement en train de devenir la Lady Gaga des gays qui ont du goût. Tout le monde l’adore, mais pas pour ses perruques. Son premier album, Feel It Break, avait scotché son public qui s’était écorché les pieds et les cordes vocales à danser et chanter, entre désespoir et entrain, sur le refrain quasiment d’opérette du magistral titre Lose It. Austra présente cette année Olympia, une nouvelle production intense et complexe.

London Grammar, une semaine plus tard, se fera plus pop et nettement plus facile d’accès (à l’image de la grammaire anglaise). Simple et accessible, le trio connaît aujourd’hui un joli succès grâce sa musique multi-influencée. Si l’on passe le groupe sous le filtre de la culture gay, on dira que la chanteuse Hannah Reid a la crinière de Debbie Harry, une rondeur vocale digne d’Annie Lennox ou de Lana Del Rey et des envolées à la Florence & the Machine. London Grammar est une formation de jeunes (et jolis) Britanniques totalement en phase avec leur époque et qui se sont notamment payés le culot de reprendre le tube Nightcall de Kavinsky. Pour le reste, leur premier album If You Wait est fait de mélancolie, de pop et d’électro. On pense bien sûr à leurs compatriotes The XX.

Sucre Kadebostany Heteroclite

Fantaisie militaire

Le duo Kadebostany (qui vient du pays inventé du même nom) a, quant à lui, peu de chance d’avoir des compatriotes et de s’en inspirer. C’est une vraie curiosité musicale et visuelle : tambours, trompettes, moustaches et costumes de soldats sont de sortie. Kadebostany défilera donc au Sucre, l’air martial, mais sur des rythmiques électro et un phrasé hip-hop et rock : un mélange de genres fantaisiste mais néanmoins sexy qui ravira nos amis fétichistes adeptes des trips «uniformes». Trois concerts plus tard et avec un bouquet final en treillis, il est possible que l’hypoglycémie vous gagne. Alors, vite, un autre Sucre : le groupe Beak sera lui aussi en concert le 29 novembre sur le rooftop de la Sucrière !

Austra, le 8 novembre
London Grammar le 15 novembre
Kadebostany, le 22 novembre
Au Sucre, 50 quai Rambaud-Lyon 2

 

Photo 1 : Austra © Kids With Camera
Photo 2 : Kadebostany

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.