L’association de lutte contre le sida Act Up-Paris connaît actuellement de grandes difficultés. À Lyon, des militants associatifs organisent une soirée de soutien.

Les associations françaises de lutte contre le sida se portent décidément très mal : alors qu’AIDES s’apprête à se séparer de soixante-cinq salariés (15% de ses effectifs), Act Up, dont le budget est beaucoup plus modeste (875 000€), s’attend à un déficit «assez important» (autour de 80 000€) pour l’année 2013. Sur ses huit salariés, sept sont déjà au chômage partiel. Parmi les causes de ces difficultés figure la baisse des ressources de l’association liées au mécénat (de 150 000€ en 2011 à 50 000€ en 2013). Les subventions publiques, en revanche, sont restées «relativement stables» ces dernières années, même si elles ont baissé de quelques milliers d’euros en 2014 en raison du contexte politique d’austérité budgétaire.

Jeudi 20 mars, le conseil d’administration de l’association a voté son placement en redressement judiciaire, dernière alternative avant le dépôt de bilan. Un administrateur sera prochainement mandaté par la justice et devra se prononcer au bout de quelques mois (entre six et dix-huit) sur le devenir de la structure.

Pour autant, pas question pour Act Up de se résigner à une mort annoncée. Sur Internet, ses militants ont lancé à la fois une pétition et une campagne de dons participatifs via la plateforme de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank. Mais même si l’argent est le nerf de la guerre, on peut aussi soutenir Act Up sans débourser un centime : «continuez à parler du sida autour de vous, portez nos t-shirts et nos badges, participez à nos mobilisations, relayez nos communiqués sur les réseaux sociaux : Act Up ne doit pas mourir !» insiste Céline Grillon, coordinatrice en charge du plaidoyer international au sein de l’association.

United In Anger, un documentaire sur l’histoire d’Act Up

À Lyon, un collectif informel d’une demi-douzaine de militants associatifs impliqués dans les questions touchant aux rapports entre genre et sexualité a décidé d’organiser une soirée de soutien «pour faire prendre conscience aux gens des difficultés actuelles de l’association». La librairie Terre des livres accueillera ainsi la lecture publique (à prix libre) d’une sélection de textes écrits par des membres d’Act Up au cours de son quart de siècle d’existence. La soirée se prolongera au LiveStation-DIY (14 rue de Bonald-Lyon 7), des bulletins d’adhésion seront mis à disposition du public et les bénéfices seront intégralement reversés à l’association.

United-in-Anger-A-History-of-Act-Up heteroclite avril 2014

Le collectif veut également organiser la projection d’un documentaire américain inédit à Lyon, United In Anger: A History of Act Up de Jim Hubbard (2012), qui rappelle l’histoire et la singularité de ce militantisme né en 1987 à New York : expression des malades à la première personne, lobbying en direction du gouvernement, actions spectaculaires…. À l’heure où Act Up pourrait prochainement disparaître, il semble en effet indispensable de se plonger dans son passé pour pouvoir envisager sereinement son avenir.

 

Lecture publique, samedi 12 avril à 17h à la librairie Terre des livres, 86 rue de Marseille-Lyon 7 / 04.78.72.84.22 / www.terredeslivres.fr
Photos extraites du documentaire United in Anger: A History of Act Up de Jim Hubbard (2012)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.