Avec Mommy, Xavier Dolan livre enfin un film plus mature que les précédents, même s’il ne s’est pas encore totalement débarrassé de ses travers habituels.

Mommy de Xavier Dolan est certainement l’une des sorties les plus attendues de cette rentrée. On oubliera donc provisoirement les déclarations pas toujours avisées du Québécois pour se concentrer sur les qualités indéniables de ce cinquième film. Images bien léchées, chansons cools en bande sonore, ralentis, effets de style appuyés, esthétique clipesque : les fondamentaux (ou les scories, c’est selon…) du cinéma de Dolan (cinéaste générationnel des 15-25 ans de 2014 s’il en est) sont toujours là. Mais, malgré une durée sans doute excessive (2h18), Mommy, c’est aussi moins d’égo-trip, plus de maturité et quelques très belles scènes où l’émotion parvient à affleurer sous les nappes de violon (et sous la voix de Céline Dion !). Sans conteste l’œuvre la plus aboutie à ce jour d’un jeune réalisateur dont la carrière ne fait encore que commencer.

Dimanche 14 mai 2017 à 20h55 sur Arte

xavier dolan mommy antoine olivier pilon heteroclite lyon octobre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.