Avec Les Luttes des putes, Thierry Schaffauser (travailleur du sexe et fondateur du Syndicat du travail sexuel) signe un manifeste convaincant et, on l’espère, mobilisateur.

 

les luttes des putes thierry schaffauser editions la fabrique heteroclite novembre 2014

La prostitution est devenue un des clivages qui divisent aujourd’hui le mouvement féministe. Avec d’un côté des «abolitionnistes», souvent proches des pouvoirs publics, selon lesquelles la prostitution est toujours une violence envers les femmes. Et, de l’autre côté, des prostituées qui revendiquent leur féminisme et demandent la reconnaissance du «travail sexuel». L’auteur de l’ouvrage Les Luttes des putes est de ces dernières : Thierry Schaffauser est travailleur du sexe, militant passé par Act Up et fondateur du Syndicat du travail sexuel (STRASS).

«La première violence subie par les travailleurSEs du sexe est la violence d’État. On peut la considérer comme étant la source de toutes les autres», affirme-t-il. Descentes de police, définition élargie du proxénétisme, création d’un délit de «racolage passif» sont autant de facettes de cette violence qui rend plus vulnérables les travailleurs du sexe. Le militant insiste sur les effets néfastes de la répression sur la prévention du VIH et sur l’hypocrisie des politiques qui prétendent vouloir le bien des prostituées tout en réprimant celles qui sont sans-papiers.

Un des intérêts du livre est de rassembler, pour défendre le travail sexuel, des arguments issus du féminisme, en particulier des analyses dites «matérialistes» selon lesquelles, dans le système patriarcal, les femmes effectuent gratuitement un travail domestique et sexuel. La prostitution est alors à inscrire dans un vaste ensemble de relations économico-sexuelles. «En luttant contre la prostitution, on veut maintenir le mythe de la gratuité dans l’économie sexuelle du patriarcat», souligne Thierry Schaffauser. Il ne suffirait pas de la supprimer «pour que tous les rapports sexuels entre les humains soient gratuits et donc égalitaires. […] Il est trop simpliste de croire qu’il y aurait d’un côté les prostituées qui seraient l’exemple paradigmatique des femmes victimes et de l’autre les femmes qui parviendraient à échapper au patriarcat». Plus généralement, c’est à la gauche que s’adresse le militant : citant Engels ou Lénine, il soutient que les putes ont leur place parmi les travailleurs en lutte.

Si certains points demanderaient à être discutés (notamment l’inscription dans le retour au marxisme massif qui frappe la gauche radicale), le livre forme un manifeste convaincant et, on l’espère, mobilisateur.

Les Luttes des putes de Thierry Schaffauser (éditions La Fabrique)

Photo : Manifestation contre la pénalisation des clients de la prostitution le 26 octobre 2013 à Paris © DR

Rencontre avec Thierry Schaffauser autour de l’ouvrage Les Luttes des putes samedi 29 novembre à 15h à la librairie Terre des livres, 86 rue de Marseille-Lyon 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.