Patrice Béghain, ancien adjoint à la Culture de la Ville de Lyon, souligne dans cette série d’articles l’homo-érotisme qui se dégage de six tableaux tirés des collections des musées de Rhône-Alpes. Ici, Baigneuses dans un parc, premier quart du XVIIIe siècle, musée de Grenoble.


 

Jean-Baptiste Pater, Baigneuses dans un parc, premier quart du XVIIIe siècle, musee de Grenoble

Elles se baignent dans un étang, au milieu d’un paysage à la Watteau, dont Pater (1695-1736) fut l’élève. Femmes du monde et servantes. Certaines sont encore habillées, d’autres sont en chemise. Jambes nues, cuisses dévoilées, parfois jusqu’à la fesse, elles sont offertes à la concupiscence de riches amateurs, sous le regard d’un dieu de l’eau, source bienveillante de la cascade fécondante dans laquelle elles s’ébrouent, voyeur impassible d’une fête galante restreinte à l’univers féminin. Femmes entre elles, gardées par un eunuque de marbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.