La craie : cette saison, le Théâtre de la Croix-Rousse a choisi ce symbole pour représenter « la fragilité éphémère du théâtre« . Car oui, le théâtre est fragile, autant par ses difficultés financières que par le caractère périssable d’une représentation. Mais la craie, c’est aussi la couleur. Et cette saison, le Théâtre de la Croix-Rousse nous propose un arc-en-ciel de spectacles variés et enchanteurs.


 

Saison 2015-2016 théâtre de la croix-rousse lyon

 

Du 6 au 16 octobre, on se laissera surprendre par Le Prince : tous les hommes sont méchants, une adaptation du célèbre livre de Machiavel. Le metteur en scène Laurent Gutmann a choisi de transposer ce traité politique vieux de cinq cents ans dans un de nos open spaces modernes. Les protagonistes y suivent un stage de formation pour futurs princes. À eux de convaincre le public, qui acceptera leur domination… ou pas.

Cette saison, les amoureux de la comédie musicale ne seront pas en reste puisque le show Bells are ringing (du 3 au 6 novembre) revient à la Croix-Rousse après une tournée triomphale. La pièce raconte l’histoire d’une femme travaillant au service des abonnés absents dans le New York des années 50. Elle se prend de passion pour ses clients et crée des réseaux entre eux.

Autre projet ambitieux : du 16 au 19 mars 2016, la compagnie In Vitro proposera un triptyque intitulé Des années 70 à nos jours. Les trois pièces proposées entendent traverser trois générations de désillusion, de 1968 à nos jours. Les années 70 seront traitées au travers du texte La Noce de Bertolt Brecht. Ensuite, ce sont les années 80 qui s’imposeront aux personnages de Derniers remords avant l’oubli, une pièce de Jean-Luc Lagarce. Puis nous reviendrons à l’époque contemporaine avec la création Nous sommes seuls maintenant du collectif In Vitro : un spectacle au titre évocateur…

Dans un autre registre, nous irons nous moquer des héroïnes de Puccini avec la chanteuse Simone Moesen dans Tanto Amore (du 19 au 21 mai 2016) . Loin de remettre en question l’immense talent du compositeur, le spectacle entreprend plutôt de lui rendre hommage. La chanteuse tentera de faire redécouvrir au public les figures féminines de ses opéras sur un ton léger et décalé. Après tout, pourquoi donc les femmes agonisent-elles si lentement chez Puccini ?  Nous sommes en droit de nous poser la question…

Si vous êtes un cinéphile allergique au théâtre, la compagnie La Cordonnerie vous proposera Blanche-Neige ou la chute du Mur de Berlin (du 7 au 10 juin 2016). Derrière ce titre quelque peu étrange se cache un film qui sera projeté au Théâtre de la Croix-Rousse tandis que la compagnie jouera sa bande-son en direct. Blanche-Neige ici est une ado gothique qui fait voir rouge à sa belle-mère. Le souvenir de la chute du Mur sera évoqué pour symboliser le rempart prêt à s’effondrer entre les deux femmes.

Théâtre de la Croix-Rousse, place Joannès Ambre-Lyon 4 / 04.72.07.49.49 / www.croix-rousse.com
Toute la programmation ici.
Photo : Simone Moesen dans Tanto Amore © Steph Depover

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.