Le festival Karavel,  imaginé par Mourad Merzouki et originellement accueilli par l’Espace Albert Camus de Bron, célèbre cette année sa neuvième édition. À cette occasion, l’événement n’investit pas moins de neuf lieux de l’agglomération lyonnaise durant trois semaines.

La programmation du festival Karavel, qui a pour but de mettre à l’honneur la danse hip-hop sous toutes ses formes, se révèle très éclectique : artistes confirmés et nouveaux venus se partagent l’affiche dans des styles aux antipodes les uns des autres.

 

Break dance au féminin

festival karavel PARASITE - Chor?graphie : Sandrine LESCOURANT "Mufasa" - Avec : Yamina BEN ALLAL, Johanna FAYE, Julia FLOT, Sandrine LESCOURANT, Marie MARCON - Lumires : Tom KLEFSTAD - Son : Abraham DIALLO - Costumes : Jean Baptiste MATONDO -JBM - Lors de la soir?e HORS LES MURS Temps Fort Danse Hip Hop ? l'Espace Renaudie ? Aubervilliers - Dans le cadre du VIllette Street Festival - Le 13 mai 2015 - Photo : Beno?te FANTON
Signe de l’évolution du hip-hop, on note une plus grande représentation des femmes au sein de la sélection de l’édition 2015 du festival Karavel.

Ainsi, lors de la soirée de shows chorégraphiques, durant laquelle plusieurs compagnies se succèdent sur scène dans une ambiance électrique pour mettre en avant le caractère spectaculaire de la danse urbaine, deux crews 100 % féminins, les Bandidas et les Manss, rivaliseront de dextérité avec leurs homologues masculins.

En outre, la compagnie Chrikiz’, dirigée par Amine Boussa avec la complicité de Jeanne Azoulay, présentera Septem, une pièce pour sept danseuses dans laquelle le chorégraphe d’origine algérienne a voulu confronter son style à celui de ses interprètes. Chacune des danseuses, riche de sa propre expérience, donne alors corps aux mouvements imaginés par Boussa pour créer sur le plateau une dichotomie, entre noir et blanc, entre masculin et féminin.

Parallèlement, la compagnie Kilaï, emmenée par Sandrine Lescourant, proposera d’explorer, non sans ironie, la confrontation entre les sentiments personnels et la réalité du monde extérieur dans Parasite, à travers une danse hip-hop aérienne, nourrie des connaissances en danse classique et modern jazz de la chorégraphe.

 

Manimal

festival karavel F david drouard heteroclite credit Jean-Louis Fernandez
Le festival Karavel offre également cette année l’occasion de découvrir le travail de David Drouard à travers deux de ses spectacles, deux variations sur L’Après-midi d’un faune.

À l’origine de cette réflexion autour du ballet de Nijinski, il y a le solo (F), programmé hors du festival par le Toboggan, et dans lequel Drouard, accompagné d’un ours en peluche grandeur nature, explore le combat entre l’homme et l’animal, qu’il soit extérieur ou intérieur. Les contorsions de l’artiste sur le plateau, les déplacements à quatre pattes, les gestes saccadés, les doigts qui deviennent serres, disent bien la tension qui habite l’homme qui tente de résister à ses pulsions bestiales.

Conjointement à ce solo, Drouard présentera également lors du festival Karavel (H)ubris, chorégraphie pour cinq break dancers, où sont convoquées les figures mythologiques que sont les nymphes, le minotaure, les centaures ou les faunes, afin de donner corps au désir de toute-puissance de l’homme, à sa volonté de dépasser sa simple condition humaine pour s’élever au rang des dieux. Entre hip-hop et installations vidéo, le spectacle joue sur les illusions visuelles, mettant ainsi au jour les mirages sur lesquels s’appuient les désirs de grandeur et l’orgueil des hommes.

 

(F), jeudi 8 octobre
(H)ubris, mercredi 14 octobre
Septem, vendredi 16 octobre
Au Toboggan, 14 avenue Jean Macé-Décines / 04.72.93.30.14 / www.letoboggan.com
Parasite, le 10 octobre à l’Espace Albert Camus, 1 rue Maryse Bastié / 04.72.14.63.40

 

Photo de Une : le crew 100% féminin des Manss © DR
Photo 1 : Parasite de Sandrine Lescourant © Benoîte Fanton
Photo 2 : (F) de David Drouard © Jean-Louis Fernandez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.