Les UNvisibles de Stonewall, comme un clin d’œil à la récente polémique autour du film de Roland Emmerich : c’est le nom choisi par cinq étudiant-e-s gays, lesbiennes, trans et queers de l’Université Lyon 2 pour créer une nouvelle association queer, transféministe et LGBTI.

Présidée par Dylan de Almeida, elle a officiellement vu le jour mardi 24 novembre au LiveStation-DIY (Lyon 7) lors d’une soirée qui a réuni une centaine de personnes en l’honneur de la bédéaste trans québécoise Sophie Labelle, auteure du blog Assignée garçon (voir illustration ci-dessus), de passage en France. Faisant le constat que «le militantisme LGBT dominant actuel est porté majoritairement par des hommes blancs et tend à invisibiliser certaines luttes et certains mouvements» et qu’ils ne se reconnaissent plus dans celui-ci, les fondateurs de l’association veulent faire de l’intersectionnalité «non pas seulement un outil théorique mais une pratique militante» et se battre pour l’égalité réelle et pas seulement juridique. Parmi leurs projets à moyen terme : l’édition d’une revue, des partenariats avec d’autres structures (notamment Cabiria et Prostboyz, avec lesquelles Les UNvisibles de Stonewall aimeraient travailler sur la question de la prostitution) et pourquoi pas l’organisation, en parallèle de la Marche des Fiertés LGBT officielle, d’une «Marche de nuit», sur le modèle de celle qui s’est déroulée en juin à Paris.

 

lesunvisiblesdestonewall@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.