Les élections régionales de décembre ont vu la victoire, dans plusieurs régions (dont la nôtre) d’une droite alliée aux reliquats de La Manif Pour Tous. Un résultat de mauvais augure pour les personnes LGBT, même s’il est trop tôt pour désespérer dès maintenant de 2016…

laurent wauquiez credit alesclarDe l’avis général, 2015 aura été, dans l’ensemble, une année bien pourrie. Et ce n’est pas le résultat des élections régionales de décembre qui réussira à redorer son blason in extremis, loin s’en faut. Au-delà des scores très élevés du Front national, la victoire dans plusieurs régions (dont la nôtre) d’une droite infiltrée par les reliquats toujours vivaces de La Manif Pour Tous a de quoi inquiéter.

À Lyon, les associations LGBT, par la voix de la Lesbian and Gay Pride, se sont très clairement engagées dans la campagne en prenant parti contre Laurent Wauquiez et en appelant dans l’entre-deux-tours à soutenir le président de région sortant (et battu), Jean-Jack Queyranne. Elles risquent d’en payer le prix aujourd’hui, car la région est pour elles un financeur important.

On tentera de se rassurer tant bien que mal en se rappelant que le reniement des promesses électorales n’est pas l’apanage du Parti socialiste et que les foules roses et bleues qui ont fait de Laurent Wauquiez leur champion pourraient, à leur tour, voir leurs espoirs douchés par un positionnement beaucoup plus pragmatique que durant la campagne électorale.

Une chance pour l’indépendance du mouvement LGBT français ?

On se rappellera aussi que, pour ce qui concerne les questions LGBT, les enjeux des élections locales sont assez secondaires par rapport à ceux des élections nationales. La sur-dramatisation de cette campagne a eu tendance à le faire oublier mais, si les régions françaises possèdent de nombreuses compétences, elles n’ont pas l’autonomie des Länders allemands : l’impact de leurs politiques publiques est moins déterminé par la couleur idéologique de leur président-e que par le montant des dotations que leur accorde l’État (et qui sont, comme on le sait, en forte baisse).

Enfin, à supposer que les associations LGBT voient leurs subventions diminuer dans les régions désormais gérées par la droite (ce qui est probable, mais reste à vérifier), il y aurait peut-être là une occasion à saisir : celle d’un mouvement associatif français moins dépendant des pouvoirs publics et plus largement autofinancé.

Cela semblera sans doute à beaucoup utopique, mais n’est-ce pas précisément d’utopie et des rêves ambitieux dont nous avons le plus besoin ? C’est en tout cas ce qu’on vous souhaite pour 2016. Bonne et joyeuse année à toutes et tous !

 

Photo 1 : La Manif Pour Tous à Strasbourg le 2 février 2013 © Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons
Photo 2 : Laurent Wauquiez © Alesclar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.