Artiste pluridisciplinaire, Loïc Le Phoque Fringant défend dans son art la cause des opprimé-e-s, animaux ou humains, qu’ils soient victimes d’homophobie ou de racisme.

loïc le phoque fringant Entre 2013 et 2015, Loïc Le Phoque Fringant a «marié» soixante-dix couples dans le cadre de son projet «Une alliance contre l’homophobie». Le «déchaînement d’homophobie» qu’a suscité la mobilisation contre le mariage pour tous l’a en effet révolté et il voulait y répondre à sa manière. D’abord persuadé que sa peinture ne le menait à rien et qu’elle n’était due qu’à une «injonction paternelle», il lui a ensuite reconnu des vertus «relaxantes» qui l’ont aidé à trouver sa voie après un long burn-out.

Pour le festival Vues d’en face, il approfondit son travail sur les couples homosexuels, et notamment lesbiens, en exposant, du 1er au 10 avril, à l’Atelier du 8 (2 rue Raymond Bank-Grenoble). Loïc Le Phoque Fringant veut surtout donner à voir des représentations positives de l’amour, loin de l’image fantasmée par les hétéros du couple lesbien. Admiratif de Sarah Waters et de son roman historique Caresser le velours (1998), il s’inspire également de l’œuvre de Niki de Saint Phalle et de Gustav Klimt.

 

www.saatchiart.com/phoquefringant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.