Cette recette de saison, la galette des reines, est l’occasion de rendre hommage à celle qui popularisa la frangipane en France : Catherine de Médicis (1519-1579).

C’est Catherine de Médicis qui popularisa la frangipane (venue de sa Toscane natale) à la cour de France et initia notre pays aux desserts en général et à la galette en particulier. Et ce n’était nullement pour le plaisir de passer sous la table, mais, dit-on, pour y glisser discrètement quelques gouttes de cyanure, dont le parfum ressemblait à celui de l’amande amère. Nous lui rendrons donc hommage avec cette recette de saison : la galette des reines.

 

 

Commandez à votre maître d’hôtel :

– 2 pâtes feuilletées
– 5 œufs
– ¼ de litre de lait
– 1 gousse de vanille
– 20g de maïzena
– 70g de beurre doux
– 100g de sucre
– 150g de poudre d’amande
– 1 soupçon d’amaretto ou de rhum
– quelques gouttes d’arôme d’amande amère

 

Et à votre dealer :

– du cyanure

 

On travaille son rôle et on se met dans l’ambiance :

Laissez tomber les rois mages. On sait bien que vous rêviez de vous faire des couettes et de réécouter Sheila en boucle en vous déhanchant en combi-short. Mais aujourd’hui, c’est dans votre corset que vous êtes moulée. Votre fraise autour du cou, vous ne songez même pas à respirer : vous êtes une femme autoritaire et seul le rayonnement de votre royaume vous importe.

 

Préparation de la crème pâtissière :

Faîtes chauffer le lait avec la gousse de vanille fendue. Dans un saladier, fouettez 2 jaunes d’œuf avec 50g de sucre. Ajoutez la maïzena et mélangez. Versez progressivement le lait dans votre mélange d’œufs, de sucre et de farine et délayez. Remettez le tout dans la casserole à feu doux, remuez jusqu’à épaississement et réservez.

 

Ensuite, la crème d’amande :

Mélangez la poudre d’amande avec 2 œufs, 50g de sucre, le beurre mou et 2 ou 3 gouttes d’extrait d’amande puis mélangez le tout avec la crème pâtissière.

 

Assemblage :

Préchauffez votre four à 200°C. Étalez une pâte feuilletée dans un moule à tarte, versez la frangipane. C’est le moment de poser la fève et de sortir votre flacon de cyanure toujours caché dans votre fraise.

 

Placement de la goutte fatale :

Pour être sûre que la part empoisonnée de la galette des reines échoie à la garce que vous voulez évincer, versez le poison sur la fève. Votre plan machiavélique sera d’autant plus efficace que votre victime se croira sacrée reine mais tombera dans les vapes comme une Miss Mayotte, sa couronne roulant sous la table.

 

Finalisation du complot :

Recouvrez la première pâte feuilletée de la seconde et soudez les bords. Pour que la galette des reines ne gonfle pas, faîtes un petit trou sur le dessus et enduisez-le d’un jaune d’œuf avec un pinceau. Enfournez pendant une trentaine de minutes.

 

Dégustation :

Respectez l’étiquette des Valois et oubliez votre traditionnelle playlist pour l’apéro. Carlo, votre vieux pote florentin qui a raté son vol retour après le Nouvel An, vous jouera un excellent morceau de viole de gambe. Votre fidèle acolyte, aussi pervers que vous, sera ravi de passer sous la table pour attribuer les parts. Prévenez quand même vos convives que ce n’est pas du GHB qu’ils doivent se méfier aujourd’hui. Votre manigance, savamment ourdie, devrait fonctionner. Diaboliquement éblouissante, vous trônez, votre sceptre à la main. Pas de doute : à côté de vous, Sheila est une sotte munie d’un twirling bâton.

 

 

À lire :

– Présumées coupables, les grands procès faits aux femmes de Pierre Fournié (éditions L’Iconoclaste). Sorcières, empoisonneuses, infanticides… Cet ouvrage rend la parole à ces femmes que la justice n’a jamais jugée avec la même impartialité que les hommes et qu’elle a souvent «présumées coupables».

 

 

 
Les Bonheurs de la vie de Sheila (éditions L’Archipel). Vous n’aviez pas des cadeaux de Noël à échanger ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait : Catherine de Médicis représentée en tenue de deuil, à l’âge de 40 ans environ. Atelier de François Clouet, vers 1570.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *