Les événements prennent une très bonne tournure pour Jefferey Jordan, humoriste et violoniste (parmi d’autres cordes qui composent son arc) qui vit de la scène depuis maintenant deux ans.

Graphiste de formation, Jefferey Jordan savait bien avant de terminer ses études qu’il entrerait dans le monde du spectacle dès qu’il le pourrait et c’est très exactement ce qu’il a fait, avec le soutien précieux de ses parents. L’idée de créer un seul-en-scène mélangeant l’humour et le violon, son instrument de prédilection qu’il pratique depuis l’âge de cinq ans, lui est venue en 2005, en voyant Muriel Robin sur scène. Sa première chronique télévisée, en 2016, lui fait prendre conscience qu’il ne veut pas se limiter à la scène et souhaite simplement «avoir la possibilité de choisir».

L’homosexualité a toujours été présente dans ses one-man-shows, bien qu’il veuille maintenant la fondre «avec plus de subtilité» dans ses prochaines créations. Et ce, en dépit les mauvaises langues qui lui ont un jour dit : «le fait d’être homo, à notre époque, il n’y a pas de quoi en faire un spectacle»…. Après avoir fait le tour de la France, Jefferey se prépare à affronter la critique parisienne à partir du mois de septembre.

 

Jefferey Jordan s’affole, du 15 mars au 8 avril au Complexe du rire, 7 rue des Capucins-Lyon 1 / 04.78.27.23.59 / www.complexedurire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *