Les «p’tits clous» nostalgiques du Top 50 ont déjà délavé leur jeans taille haute afin d’accueillir Fishbach à Lyon. 

Fishbach, jeune artiste venue de Charleville-Mézières, est apparue à l’hiver 2016 avec un chouette disque de variété, et n’ayons pas peur de ce gros mot musical. C’est certainement cette voix androgyne qui nous permet d’entendre dans À ta merci à la fois du Daniel Balavoine, du Rose Laurens, du Niagara et autre Desireless.

Mais malgré les rythmes qui nous entrainent jusqu’au bout de la nuit, une part d’ombre plane sur cet album. Il y fait sombre comme sous le ciel de la ville de Rimbaud. Le thème de la mort rôde dans les compositions. Et c’est là tout le paradoxe et l’épaisseur de Fishbach, qui n’est pas qu’une machine à tubes eighties vite oubliés. Les synthés numériques, les arrangements bien plus complexes que ceux d’Émile et Images et le travail sur la voix mettent en perspective le recul de l’artiste et inscrivent profondément À ta merci dans notre époque.

 

Fishbach (+ Melba), dimanche 28 janvier 2018 à 19h à la Comédie Odéon, 6 rue Grolée-Lyon 2 / 04.78.82.86.30 / www.comedieodeon.com

 

Photo de Une © Mélanie Aubies
Photo 2 © Lule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.