Après son « Roméo et Juliette », la chorégraphe Joëlle Bouvier s’est inspirée d’une autre histoire d’amour impossible : celle de Tristan et Isolde.

L’intemporalité des thèmes soulevés par le mythe de Tristan et Isolde n’inspire pas que les grands metteurs en scène allemands. La chorégraphe Joëlle Bouvier propose ainsi, pour le Ballet du Grand Théâtre de Genève, une version chorégraphique de cette histoire d’amour courtois qui tourne au drame.

 

Du 8 au 13 avril à la Maison de la Danse, 8 avenue Jean Mermoz-Lyon 8 / 04.72.78.18.00 / www.maisondeladanse.com
Mardi 20 juin à l’Opéra de Saint-Étienne, jardin des Plantes-Saint-Étienne / 04.77.47.83.40 / www.operatheatredesaintetienne.fr

 

Photo © Grégory Batardon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *