Au pays de la démocratie naissante est un documentaire coup de poing réalisé en 2017 par l’association Shams qui dénonce la situation de la communauté LGBTI en Tunisie. Il est diffusé pendant la Quinzaine des Cultures LGBTI.

Choquant. C’est le terme que l’on peut utiliser pour décrire le documentaire Au pays de la démocratie naissante réalisé par Shams (l’association LGBTI des personnes maghrébines et moyen-orientales vivant en France). À travers le regard des différents intervenants (Dali, Haythen, Boudhid Belhedi, etc.), Shams nous offre un point de vue poignant sur l’atmosphère homophobe que subissent les personnes LGBT en Tunisie. C’est une autre vision de ce pays du Maghreb que l’on peut découvrir, les coulisses d’un pays qualifié de « progressiste » et de « démocratie naissante » par les personnes interrogées du documentaire. Mais ce jugement est nuancé par cette question qu’ils soulèvent : comment de tels actes peuvent-ils être encore pratiqués dans une démocratie ?

Pourtant, à mesure que les témoignages s’enchaînent et que Dali et Haythen racontent l’horreur de leur arrestation pour « pratique de la sodomie et propagation de la débauche dans la capitale culturelle de l’Islam », tout prend son sens. La démocratie tunisienne n’en est qu’à ses premiers balbutiements, après une Révolution du Jasmin menée il y a seulement six ans de cela. Un long chemin reste donc à parcourir avant d’obtenir une réelle application des droits de l’homme et le respect de la communauté LGBTI.

Dénonciation d’une hypocrisie nationale

Ce que Shams dénonce surtout par la voix de son porte-parole Boudhid Belhedi, c’est l’hypocrisie nationale. L’article 230 du Code pénal tunisien, qui punit une relation entre personnes du même sexe de un à trois ans de prison, en est le parfait exemple. Tout comme le test anal, considéré comme une torture par l’ONU, et qui continue à être employé par les autorités tunisiennes. Ces injustices n’ont pas empêché le dialogue national tunisien (un quartette regroupant notamment le syndicat principal du patronat du pays et la Ligue tunisienne des droits de l’Homme) d’être récompensé par le prix Nobel de la paix en 2015.

Cette attribution apparaît comme aberrante aux yeux des témoins d’Au pays de la démocratie naissante au regard de la discrimination qu’ils endurent au quotidien. Cependant, cela n’empêche pas une partie d’entre eux de continuer à croire en leur pays natal et à la disparition, un jour, de l’homophobie en Tunisie.

 

Au pays de la démocratie naissante
Projection gratuite organisée par Agir pour l’Égalité et Shams – France mardi 13 juin à 19h à la Ligue des Droits de l’Homme, 34 Cours de Verdun – Lyon 2

 

Photo de Une : Boudhid Belhedi
Photo extraite du documentaire Au pays de la démocratie naissante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.