Le chef Mario Tronco et sa formation, l’Orchestra di Piazza Vittorio, proposent aux Nuits de Fourvière un Don Giovanni interprété par une femme.

On connaît l’interprétation du mythe de Don Juan qui voit dans ses incessantes conquêtes féminines une manière pour le séducteur invétéré de fuir une homosexualité indicible. C’est une autre lecture, non moins intéressante, que devraient proposer le chef Mario Tronco et sa formation, l’Orchestra di Piazza Vittorio, aux Nuits de Fourvière. Dans leur nouvelle création, Don Giovanni, inspirée de l’opéra de Mozart (1787), le rôle-titre sera en effet confié à une chanteuse, Petra Magoni, donnant ainsi au plus célèbre des coureurs de jupons une androgynie nouvelle et déroutante.

 

Du 13 au 15 juin au Grand Théâtre de Fourvière, 6 rue de l’Antiquaille-Lyon 5

 

Photo : Petra Magoni © Loll Willems

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.