Pour sa septième édition, le festival Livraisons d’été investit pendant trois semaines les Subsistances : l’occasion une fois encore de profiter des beaux jours tout en découvrant une garnison d’artistes plus ou moins gradés.

C’est devenu au fil des ans l’un des temps forts des Subsistances : pendant trois semaines, du 13 juin au 1er juillet, l’ancien campement militaire des bords de Saône devient la place forte de la diversité du spectacle vivant à l’occasion du Festival Livraisons d’été. Cette année, telle une mutinerie face à la politique culturelle de Laurent Wauquiez, une semaine sera consacrée aux jeunes recrues, artistes émergents de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Livraisons d'été

Associées à quatre structures artistiques régionales (le Centre chorégraphique national de Rillieux, Boom’structur de Clermont-Ferrand, le Théâtre de l’Élysée et l’École de Cirque de Lyon), les Subsistances accueilleront sept spectacles d’artistes qui font leurs classes. Le public pourra ainsi découvrir Bankal de la Compagnie Puéril Péril, dans lequel Ronan Duée et Dorian Lechaux repoussent les limites de la confiance qu’ils éprouvent l’un envers l’autre et construisent un équilibre fragile autour de tabourets acrobates Ou encore La Mère à boire, spectacle d’Elisa Ruschke mêlant théâtre et musique pop-rock, explorant la complexité intarissable des rapports mère/fille.

Le couple en joue

Du côté des artistes ayant fait leur preuve au combat, Livraisons d’été sera l’occasion de découvrir Grande, spectacle inspiré du music-hall de la fin du XIXe siècle, mis en scène et interprété par Tsirihaka Harrivel et Vimala Pons. Cette dernière, circassienne de formation, mène également  une carrière dans le cinéma et a notamment pu être vue dans Métamorphoses de Christophe Honoré ou Elle de Paul Verhoeven. Avec son acolyte, elle évolue au cœur d’un bric-à-brac complexe, où les objets du quotidien sont légion et aident à rendre compte de l’angoisse de la vie de couple. Enfin, cette nouvelle offensive du festival permettra également de suivre l’avancée du travail du Belge Alexander Vantournhout. Accueilli par les Subsistances lors du week-end Avril en vrille en 2016, le chorégraphe avait déjà pu présenter au public lyonnais son solo Aneckxander, où il s’interrogeait sur la relation entre l’artiste et le spectateur.

Livraisons d'été Cette année, il revient avec un projet inattendu, Raphaël, présenté sous la forme d’un faux-solo. Ainsi, il évoluera sur le plateau en interaction avec le corps inerte du danseur et acrobate Raphaël Billet. Instaurant un rapport de domination, la manipulation du corps immobile donne au manipulateur une image de pervers. L’enjeu du spectacle est alors d’amener le public à dépasser cette sensation pour percevoir la tendresse embusquée derrière l’impression première. Belle métaphore : dépasser ses a priori pour découvrir des émotions cachées, et si c’était cela la mission de Livraisons d’été ?

 

 

Livraisons d’été, du 13 juin au 1er juillet, aux Subsistances, 8 bis quai Saint-Vincent-Lyon 1 / 04.78.39.10.02 / www.les-subs.com

 

Photo de Une : Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel © Thibault Stipal
Photo 2 : Ronan Duée et Dorian Lechaux dans Bankal de la compagnie Puéril Péril © Guillaume Maurin
Photo 3 : Alexandre Vantournhout et Raphaël Billet dans Raphaël © Stine Sampers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *