Pour Norah Krief, Al Atlal n’est pas qu’une chanson, c’est aussi un souvenir d’enfance, empreint de «nostalgie joyeuse».

Bercée par les chansons d’Oum Kalsoum, l’actrice revient sur son rapport difficile à ses origines tunisiennes et sur l’intégration, parfois compliquée, de sa famille en France. Plus qu’une lettre ouverte à sa mère, Al Atlal, chant pour ma mère de Norah Krief est un récit d’apprentissage et d’acceptation.

 

Al Atlal, chant pour ma mère
Les 12 et 13 mars 2019 à l’Espace Malraux, 


Photo © Jean-Louis Fernandez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.