Peintre, mannequin, muse, chanteuse, comédienne… Vous êtes tout ça à la fois ? Peu importe votre âge, votre sexe et votre lieu de naissance : vous allez vénérer les raviolears farcis de roquette poivrée, telle votre voix au réveil après une nuit en backstage.

Gloire à celle qui donne leur nom aux raviolears, gloire à l’intemporelle reine Lear, qui déposa son sceptre et mit fin à sa carrière en mai (mais cela, bien sûr, ne vous a pas échappé).

 

Ingrédients pour environ 25 raviolears, soit 4 personnes:

– 300g de farine
– 2 œufs
– 125g d’amandes entières
– 125g de roquette (soit un sachet)
– 125g de pecorino
– 2 gousses d’ail
– huile d’olive
– sel/poivre

 

Mise dans l’ambiance :

Posez votre tube de contour des yeux et de peinture à l’huile et prenez votre verre doseur. Ôtez votre blazer, et pif-paf, entre deux coups de collagène, sortez vos ciseaux de cuisine et votre tablier, que votre autodérision vous permettra d’assumer sans complexe et votre expérience d’ajuster comme une robe Paco Rabanne. Pif-paf, une petite injection pour la peine et c’est parti.

 

Préparation de la pâte :

Ciselez finement une grosse poignée de roquette, ajoutez la farine (allez, pif-paf, on se donne du courage), une cuillère d’huile d’olive, les œufs légèrement battus, un peu d’eau et pétrissez jusqu’à obtenir une boule de pâte homogène. Laissez-la ensuite reposer 30mn.

 

Préparation du pesto :

Dans votre mini-hachoir électrique (façon ménagère des années 60 : après tout, vous êtes comédienne) ou votre mortier (façon gynécée : les rôles de composition ne vous effraient pas), mixez ou pilez grossièrement les amandes et réservez-en une petite poignée. Ajoutez la roquette (mettez également de côté quelques feuilles entières), 4 cuillères d’huile d’olive, l’ail, le pecorino, salez et poivrez. Mixez ou pilez l’ensemble délicatement pour obtenir une farce un peu granuleuse.

 

Tempus fugit…

Vous, vous êtes toujours aussi splendide et piquante. Mais, remisant vos combi-léopard, archivant vos disques d’or, époussetant vos montres-molles… les souvenirs persistent. Que sont devenu-e-s vos copines des nuits sans fin au Palace et vos potes arty ? Pif-paf, un petit coup de fil (et de fer à lisser et de collagène dans la foulée). Ils n’ont pas oublié cette chère Amanda et, on ne vous la fait pas, participeront à la réalisation collective des raviolears.

 

Confection des raviolears… :

Un verre de Chianti à la main, faites bouillir un grand volume d’eau salée avec un peu d’huile d’olive. Étalez la pâte. À l’aide d’un gros verre, découpez des ronds à l’emporte-pièce. Garnissez du pesto (même dosage que votre contour des yeux : inutile de vider le tube), refermez pour former des demi-lunes puis pincez-bien les bords. Plongez-les immédiatement dans l’eau et écumez quand ils remontent à la surface. Ajoutez quelques feuilles de roquette, un peu d’amandes pilées et du pecorino râpé.

 

… et dégustation dans la foulée :

La croisière s’amuse à votre table. Vous n’avez perdu ni votre ironie implacable ni vos secrets de beauté. Vous faites rire l’assemblée avec vos blagues licencieuses et votre verve mordante, comme lorsque vous vous asseyez à côté de Régine et que vous la mettez en garde : «hey, mollo, ma chérie, c’est du pecorino, pas de la cocaïne !».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *