Regrettant, avec Virginie Despentes, que «les mecs so[ie]nt si lents à s’emparer de la question de la masculinité», cinq actrices emmenées par Julie Rossello et Lucie Rébéré se demandent dans Atomic Man, chant d’amour ce que signifie être un homme.

Dans Atomic Man, chant d’amour, on suit, de sa naissance à sa mort, à dix-neuf ans, dans une explosion volontaire, le parcours d’Arthur. Le chemin du jeune homme croise celui d’un groupe masculiniste et il en conçoit une profonde haine des femmes. La pièce ne manquera pas de résonner avec l’actualité tragique, notamment avec l’attentat masculiniste qui a fait dix morts à Toronto le 23 avril.

 

Du 28 au 30 mai à la Comédie de Valence, place Charles Huguenel-Valence / www.comediedevalence.com

Du 21 au 23 juin aux Subsistances, 8bis quai Saint-Vincent-Lyon 1 / www.les-subs.com

 

Photo de répétition © Alice Pehlivanyan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.